Ukraine: des propos de John Baird font grimacer Moscou

Des responsables du ministère russe de la Défense... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Des responsables du ministère russe de la Défense reprochent à John Baird d'avoir versé dans la provocation lorsqu'il a émis un communiqué, mercredi, dans lequel il a écrit que les forces russes se rapprochaient de la frontière avec l'Ukraine.

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Sur le même thème

La Presse Canadienne
OTTAWA

Des commentaires du ministre canadien des Affaires étrangères ont suscité des grincements de dents à Moscou.

Des responsables du ministère russe de la Défense reprochent à John Baird d'avoir versé dans la provocation lorsqu'il a émis un communiqué, mercredi, dans lequel il a écrit que les forces russes se rapprochaient de la frontière avec l'Ukraine.

L'agence de presse russe TASS rapporte que les responsables russes ont égratigné M. Baird mais aussi des sources américaines anonymes et des représentants de l'OTAN pour avoir formulé cette accusation.

Selon les autorités russes, ces différents intervenants n'ont fourni aucune preuve pour démontrer de tels mouvements des forces russes.

Malgré l'insatisfaction manifeste de Moscou, un porte-parole de M. Baird a refusé de reculer.

Adam Hodge a plutôt martelé que les démentis des Russes témoignaient de «la duplicité et de la malhonnêteté du Kremlin».

Il a également attaqué directement le président russe Vladimir Poutine.

«Nous n'avons aucunement l'intention de prendre des leçons en matière de provocation de la part d'un homme qui a négligemment fomenté des troubles et encouragé la propagation de la violence en Ukraine, un État souverain», a-t-il fait valoir dans un courriel.

Poursuivant sur sa lancée, il a souligné que «des rapports supplémentaires ont indiqué que des colonnes de chars d'assaut russes ont traversé la frontière avec l'Ukraine». Il s'agit là, selon M. Hodge, d'une preuve «des véritables intentions des Russes et de leur manque total de crédibilité».

Vendredi, Kiev a accusé Moscou d'avoir envoyé des dizaines de chars d'assaut et des armes lourdes dans les zones contrôlées par les rebelles dans l'est ukrainien.

L'Ukraine a aussi précisé que cinq militaires avaient été abattus lors de confrontations avec des militants prorusses.

Le porte-parole du Conseil national de la sécurité et de la défense, Andriy Lysenko, n'a pas fourni de preuves spécifiques pour démontrer la véracité de ces allégations.

Il n'a pas offert non plus de clarifications quant à la façon dont ces renseignements ont été obtenus dans un contexte où d'importantes sections de la frontière entre l'Ukraine et la Russie sont sous le contrôle des rebelles depuis août dernier.

L'Ukraine et l'Occident soupçonnent Moscou d'encourager la révolte dans l'est de l'Ukraine en fournissant des hommes et des armes pour y appuyer les militants prorusses.

Moscou a toujours fait valoir que cette accusation était dénuée de tout fondement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer