Le président ukrainien limoge le gouverneur de Donetsk

Serguiï Tarouta (à droite) en compagnie du premier ministre Arseni... (PHOTO ANDREW KRAVCHENKO, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Serguiï Tarouta (à droite) en compagnie du premier ministre Arseni Iatseniouk, à Donetsk, le 11 avril.

PHOTO ANDREW KRAVCHENKO, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
KIEV

Le président ukrainien Petro Porochenko a limogé vendredi le gouverneur de la région séparatiste prorusse de Donetsk, le millionnaire Serguiï Tarouta, et nommé un général à sa place, a annoncé le service de presse de la présidence.

Le général Olexandre Kikhtenko, 58 ans, ex-commandant des troupes du ministère de l'Intérieur, remplace M. Tarouta, 59 ans, homme d'affaires originaire de la région nommé à ce poste en mars pour mettre un terme à la rébellion séparatiste prorusse.

M. Tarouta a vertement critiqué en septembre les initiatives de paix du président Petro Porochenko pour l'Est rebelle en qualifiant de «viol» la décision d'octroyer un statut spécial aux régions rebelles prorusses de Donetsk et de Lougansk.

Il a évoqué le 1er octobre dans une déclaration à un média local des négociations pour échanger l'aéroport de Donetsk, aux mains des loyalistes et théâtre d'intenses combats entre l'armée ukrainienne et les séparatistes, contre des territoires adjacents à la ville de Donetsk.

Son service de presse a expliqué par la suite que la phrase avait été sortie de son contexte, tandis que Kiev avait jugé que cette déclaration avait été faite à des fins électorales en vue des élections législatives anticipées du 26 octobre.

Son successeur, le général Kikhtenko, originaire de la région de Kharkiv (est) et diplômé d'une académie militaire à Moscou, est, lui, tête de liste du nouveau parti «Force et honneur» dont le chef Igor Smechko a été récemment nommé responsable du renseignement extérieur auprès de la présidence.

Il s'est illustré en 2005 ayant réussi à réduire la criminalité dans les régions de Donetsk et en Transcarpatie (ouest) en y déployant 11 000 hommes des troupes du ministère de l'Intérieur.

Chef des troupes spéciales du ministère de l'Intérieur depuis 2005 il a été limogé en 2010 après l'arrivée au pouvoir du président prorusse Viktor Ianoukovitch.

Ce dernier a été destitué en février suite à un mouvement de contestation sans précédent contre son régime qui s'est soldé dans un bain de sang dans le centre de Kiev.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer