Un avion militaire ukrainien près de l'avion malaisien avant le crash, selon Moscou

«On a observé la montée d'un avion ukrainien... (PHOTO SERGEI SUPINSKY, ARCHIVES AFP)

Agrandir

«On a observé la montée d'un avion ukrainien SU-25 en direction du Boeing malaisien qui se trouvait alors à une distance de 3 à 5 km. Le Su-25 peut atteindre une altitude de 10 000 mètres. Il dispose de missiles air-air qui peuvent tirer jusqu'à 12 km et garantissent la destruction d'un objectif jusqu'à 5 km», a déclaré le chef d'état major des forces russes.

PHOTO SERGEI SUPINSKY, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
MOSCOU

Un avion de chasse ukrainien SU-25 se trouvait à une distance de 3 à 5 km du Boeing malaisien peu avant la chute de l'avion de ligne, a affirmé lundi le général Andreï Kartapolov de l'état-major des forces russes.

«On a observé la montée d'un avion ukrainien SU-25 en direction du Boeing malaisien qui se trouvait alors à une distance de 3 à 5 km. Le Su-25 peut atteindre une altitude de 10 000 mètres. Il dispose de missiles air-air qui peuvent tirer jusqu'à 12 km et garantissent la destruction d'un objectif jusqu'à 5 km», a déclaré le général au cours d'une conférence de presse à Moscou.

«Nous nous posons la question : dans quel but un avion de chasse faisait-il un vol à cette altitude et en même temps qu'un avion civil?», a-t-il poursuivi.

Le général a avancé d'autres éléments susceptibles d'accuser les forces ukrainiennes d'avoir abattu le Boeing malaisien qui transportait 298 personnes.

«Après Donetsk, l'avion malaisien a changé de cap, et s'est écarté de son corridor vers la gauche jusqu'à 14 km. Il a ensuite tenté de revenir dans ce corridor, mais n'a pas réussi à accomplir cette manoeuvre jusqu'au bout. À 17 h 20, on a observé une baisse sensible de sa vitesse et à 17 h 23, il a disparu des écrans radars des contrôleurs russes. Question : pourquoi est-il sorti de son corridor, est-ce une erreur de pilotage ou un ordre donné par les aiguilleurs du ciel ukrainiens», a ajouté le général Kartapolov.

Le général a par ailleurs affirmé que des missiles sol-air des forces ukrainiennes, capables d'abattre une cible à 35 km de distance, étaient positionnés non loin de Donetsk le jour de la catastrophe.

«Pourquoi ces forces ukrainiennes se trouvaient-elles à cet endroit et contre qui étaient dirigées ces armes antiaériennes alors que tout le monde sait que les combattants (séparatistes) n'ont pas d'aviation», a-t-il poursuivi.

Le général a par ailleurs démenti que la Russie ait fourni aux insurgés prorusses des systèmes de missiles Bouk, soupçonnés d'être à l'origine de l'accident du vol MH17, comme l'en accusent Kiev et Washington.

«La Russie n'a pas fourni aux insurgés de systèmes de missiles Bouk ou d'autres types d'armement et de matériel militaire», a assuré le général Andreï Kartapolov.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer