Écrasement en Ukraine: un leader prorusse donne sa version

Les débris du Boeing 777 de Malaysia Airlines... (Phoot Dmitry Lovetsky, archives Associated Press)

Agrandir

Les débris du Boeing 777 de Malaysia Airlines abattu par un missile sol-air en Ukraine.

Phoot Dmitry Lovetsky, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Associated Press
Moscou

Un haut commandant rebelle prorusse a offert une étrange version des événements entourant l'écrasement de l'avion de Malaysia Airlines, suggérant que plusieurs des victimes pourraient être décédées plusieurs jours avant le décollage de l'appareil.

Igor Girkin, au centre.... (PHOTO ALEXANDER KHUDOTEPLY, ARCHIVES AFP) - image 1.0

Agrandir

Igor Girkin, au centre.

PHOTO ALEXANDER KHUDOTEPLY, ARCHIVES AFP

Le site web prorusse Russkaya Vesna cite Igor Girkin, vendredi, alors qu'il affirme avoir appris de sources présentes sur le site de l'écrasement qu'«un nombre important des cadavres n'étaient pas frais», ajoutant qu'ils avaient été vidés de leur sang et qu'ils sentaient la décomposition.

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines a été abattu, jeudi, causant la mort des 298 passagers à bord. L'avion survolait une région où les forces ukrainiennes combattent les rebelles séparatistes. Chacune des parties accuse l'autre d'avoir perpétré l'attaque.

Les services de renseignement américains ont affirmé que l'avion avait été touché par un missile sol-air et l'ambassadrice des États-Unis Samantha Power a déclaré devant le Conseil de sécurité de l'ONU, à New York, vendredi, que le missile avait vraisemblablement été lancé depuis une région contrôlée par les rebelles, près de la frontière avec la Russie.

M. Girkin, un ancien agent du renseignement de l'armée russe aussi connu sous le nom Strelkov, a admis qu'il ne pouvait confirmer sa théorie, ajoutant que «les autorités ukrainiennes sont capables de toutes les bassesses». Il affirme par ailleurs qu'une grande quantité de sérum sanguin et de médicaments avaient été trouvés dans les débris.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer