La Russie demande la libération des membres de l'OSCE

Des activistes pro-russes renforcent la barricade érigée devant... (PHOTO  ALEXANDER KHUDOTEPLY, AFP)

Agrandir

Des activistes pro-russes renforcent la barricade érigée devant un édifice de Donetsk, samedi.

PHOTO ALEXANDER KHUDOTEPLY, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
MOSCOU

La Russie a demandé samedi la libération des observateurs de l'OSCE retenus dans l'est de l'Ukraine et a assuré qu'elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour l'obtenir.

«Nous pensons que ces personnes doivent être relâchées dès que possible», a dit le représentant russe auprès de l'OSCE Andreï Kelin à l'agence officielle russe RIA Novosti. «En tant que membre de l'OSCE, la Russie prendra toutes les mesures possibles dans cette affaire», a-t-il ajouté.

«Nous ne savons pas ce qu'il leur est arrivé ni où ils se trouvent actuellement. Mais, comme les autres membres de l'OSCE, nous sommes très préoccupés par cet événement», a ajouté le représentant russe.

M. Kelin a déclaré que les autorités de Kiev, qui avaient invité la mission, étaient responsables de cette affaire.

Vendredi soir, le gouvernement allemand a annoncé que treize membres d'une mission de l'Organisation pour la Sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avaient été capturés et étaient retenus par des séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine.

Les séparatistes ont accusé samedi ces observateurs d'être des «espions de l'OTAN» et affirmé qu'ils ne seraient libérés qu'en échange de «leurs propres prisonniers».

Les premiers observateurs sont arrivés mardi dans l'est et le sud de l'Ukraine, espérant favoriser un retour au calme dans ces régions russophones en proie à des tensions séparatistes.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer