La Russie indignée par les menaces de Kiev

Des activistes pro-russes escortent un homme accusé d'être... (PHOTO DIMITAR DILKOFF, AFP)

Agrandir

Des activistes pro-russes escortent un homme accusé d'être un provocateur à l'extérieur d'un édifice de Louhansk, dimanche.

PHOTO DIMITAR DILKOFF, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
MOSCOU

La Russie a appelé dimanche les autorités de Kiev à cesser «la guerre contre leur propre peuple», se déclarant indignée par les menaces du gouvernement de recourir à l'armée pour mettre fin aux troubles dans l'est de l'Ukraine.

«Nous exigeons des hommes de main de Maïdan, qui ont renversé le président légitime d'Ukraine, de cesser immédiatement la guerre contre leur propre peuple», a déclaré le porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch, selon des images de la chaîne de télévision russe Rossia 24.

«L'ordre criminel d'(Olexandre, ndlr) Tourtchinov de recourir à l'armée pour réprimer les protestations provoque l'indignation», a-t-il poursuivi, réagissant à l'annonce du président par intérim ukrainien du lancement d'une «opération antiterroriste de grande envergure» pour mettre fin aux troubles dans l'est de l'Ukraine.

«Nous condamnons vivement les tentatives de recours à la force contre les manifestants et les militants avec l'aide de combattants du (parti nationaliste, ndlr) Secteur Droit et d'autres groupes armés illégitimes», a-t-il ajouté.

La Russie a appellé à la tenue «urgente» d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la crise en Ukraine, qui doit avoir lieu dimanche soir à 20 h.

«La partie russe va porter la situation de crise dans le sud-est de l'Ukraine en urgence devant le Conseil de sécurité de l'ONU et auprès de l'OSCE», l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, a ainsi indiqué M. Loukachevitch.

«Actuellement, c'est de l'Occident que dépend la possibilité d'éviter une guerre civile en Ukraine», a poursuivi le porte-parole.

Une série d'attaques visiblement coordonnées a été lancée samedi dans des villes de l'Est russophone de l'Ukraine, région frontalière de la Russie, par des hommes armés, portant souvent des uniformes sans insignes.

L'Union européenne a sommé dimanche Moscou de cesser les «opérations visant à déstabiliser» son voisin et invité Kiev à continuer de faire preuve de retenue, tandis que Paris se prononçait pour de «nouvelles sanctions en cas d'escalade militaire».

Moscou dément toute responsabilité et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a affirmé à plusieurs reprises que Moscou n'avait aucune intention de rattacher à la Russie les régions orientales de l'Ukraine.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer