Breivik en procès contre l'État norvégien en mars 2016

Anders Behring Breivik en août 2012.... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Anders Behring Breivik en août 2012.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tuerie en Norvège

International

Tuerie en Norvège

La Norvège, l'un des pays les plus sûrs au monde, a été frappée le 22 juillet par ses plus lourdes attaques depuis la Seconde Guerre mondiale. Une bombe a d'abord explosé au centre-ville d'Oslo, puis une fusillade a tourné au carnage, sur l'île d'Utoya, près d'Oslo. »

Agence France-Presse
OSLO

La justice norvégienne a annoncé vendredi que le procès que l'extrémiste de droite Anders Behring Breivik veut intenter à l'État norvégien pour protester contre ses conditions de détention se tiendrait en mars 2016.

Anders Breivik, qui avait tué 77 personnes en juillet 2011, se disant en guerre contre le multiculturalisme, se plaint d'être maintenu à l'isolement, un régime qu'il qualifie de «torture».

«Nous estimons que ses droits sont violés. Il est isolé des autres détenus, des autres personnes, et n'a de contacts qu'avec le personnel de santé et les surveillants», a expliqué son avocat Oystein Storrvik à l'AFP.

Le procès pourrait se tenir entre les 15 et 18 mars 2016, a annoncé le tribunal d'Oslo. Il n'a pas encore été décidé si Breivik pourra apparaître en personne devant la cour.

À plusieurs reprises, la dernière fois dans un courrier reçu par des médias norvégiens en septembre, l'extrémiste de droite a menacé d'entamer une grève de la faim si ses conditions de détention n'étaient pas assouplies, mais il n'a jamais mis sa menace à exécution.

«Il se concentre sur le procès. Il n'y a pas de grève de la faim en ce moment», a précisé M. Storrvik.

Le 22 juillet 2011, Breivik avait d'abord tué huit personnes en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, puis il avait ouvert le feu sur un rassemblement de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utoya, faisant 69 autres victimes.

L'extrémiste de 36 ans a été condamné en août 2012 à une peine de 21 ans de prison susceptible d'être prolongée au-delà s'il reste considéré comme une menace pour la société.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer