Le père d'Anders Breivik s'interroge sur sa responsabilité

Anders Behring Breivik en août 2012.... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Anders Behring Breivik en août 2012.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tuerie en Norvège

International

Tuerie en Norvège

La Norvège, l'un des pays les plus sûrs au monde, a été frappée le 22 juillet par ses plus lourdes attaques depuis la Seconde Guerre mondiale. Une bombe a d'abord explosé au centre-ville d'Oslo, puis une fusillade a tourné au carnage, sur l'île d'Utoya, près d'Oslo. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
OSLO

Le père du tueur norvégien Anders Behring Breivik va publier en octobre un livre intitulé De ma faute? L'histoire d'un père dans lequel il examine sa part de responsabilité dans le massacre perpétré par son fils.

«Je ressens de la culpabilité. Et je ressens de la responsabilité. Que se serait-il passé si j'avais été un meilleur père? Anders aurait-il fait ce qu'il a fait?», écrit Jens Breivik, selon les quelques lignes dévoilées par la maison d'édition norvégienne Juritzen mercredi.

Ancien diplomate qui s'est établi en France à sa retraite, Jens Breivik a souvent été présenté comme un père absent. Le couple Breivik s'était séparé après la naissance d'Anders, et le père avait perdu le contact avec l'adolescent quand il avait eu des déboires répétés avec la police pour des graffitis.

Se disant en croisade contre le multiculturalisme et «l'invasion musulmane», Anders Behring Breivik purge aujourd'hui une peine de 21 ans de prison, susceptible d'être prolongée s'il reste considéré comme dangereux, pour avoir tué 77 personnes le 22 juillet 2011.

Ce jour-là, il avait fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, faisant huit morts, puis ouvert le feu sur un camp d'été de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utoya, faisant 69 autres victimes, des adolescents pour la plupart.

L'enquête et le procès ont montré que pendant son enfance avec sa mère, Anders Behring Breivik avait inquiété les services sociaux qui avaient suspecté une carence de soins. Mais il n'avait pas été placé et Jens Breivik avait échoué à en obtenir la garde.

Rédigé avec l'aide d'un auteur dont le nom n'a pas été révélé, le livre «est un autoprocès», a estimé l'éditeur Arve Juritzen. «Il est en fait assez dur contre lui-même», a-t-il dit.

Un livre sur la mère de l'extrémiste, Wenche Behring Breivik, aujourd'hui décédée, avait déjà fait des vagues en Norvège. L'ouvrage, réalisé au départ avec l'aide de l'intéressée avant qu'elle ne s'y oppose, présentait notamment Jens Breivik comme un tyran domestique.

Selon l'éditeur, Jens Breivik a renoué des contacts avec son fils cette année.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer