Aurora: les proches des victimes invités à la réouverture du cinéma

Une fusillade dans un cinéma de la banlieue... (Photo AP)

Agrandir

Une fusillade dans un cinéma de la banlieue de Denver, dans le Colorado, avait causé 12 morts et 58 blessés.

Photo AP

Partager

Dossiers >

Tuerie d'Aurora

International

Tuerie d'Aurora

Douze personnes sont mortes et 58 autres ont été blessées lors de la fusillade survenue dans un cinéma d'Aurora, au Colorado, en juillet. Alors que les spectateurs assistaient à la première du film Batman, un homme a fait irruption dans la salle avant d'ouvrir le feu. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
LOS ANGELES

Les familles des victimes du massacre d'Aurora (Colorado), invitées par la chaîne de salles de cinéma Cinemark à assister à la réouverture du multiplexe où s'est déroulé le drame, ont qualifié mercredi l'invitation de coup publicitaire «ridiculement offensant».

Les proches des 12 personnes ayant trouvé la mort dans la fusillade, survenue en juillet dernier lors d'une projection du dernier Batman, affirment dans une lettre ouverte que la date d'envoi du carton d'invitation, deux jours après Noël, était particulièrement mal choisie, et appellent au boycott de la «soirée spéciale du souvenir» organisée par Cinemark.

«Pendant les fêtes, nous n'imaginions pas que quoi que ce soit ou quiconque puisse rendre notre deuil plus douloureux encore», écrivent-ils.

«Mais vous, Cinemark, y êtes parvenus, en nous envoyant une invitation deux jours après Noël pour assister à la réouverture du cinéma d'Aurora où nos chers disparus ont été massacrés», ajoutent-ils. «Merci d'avoir rendu ces fêtes, déjà douloureuses, encore plus difficiles».

Outre les 12 morts, 58 personnes ont été blessées dans la fusillade, selon les témoins et les enquêteurs, le tireur présumé de 24 ans, James Holmes, aurait jeté des fumigènes dans la salle avant d'ouvrir le feu.

Dans leur courrier, les familles affirment que le cinéma - qu'elles poursuivent devant la justice pour son manque apparent de sécurité - n'est jamais entré en contact avec elles et n'a jamais présenté de condoléances.

Elles qualifient l'invitation de proposition «répugnante» et «offensante pour la mémoire de nos chers disparus».

«Nous, les familles, considérons votre coup publicitaire à peine voilé pour ce qu'il est: une opportunité parfaite pour vous de prendre vos distances (avec le drame) et de détourner l'attention du public de votre culpabilité dans ce massacre», ajoutent-elles.

«Nous n'assisterons pas à votre réouverture et utiliserons tous les médias sociaux à notre disposition pour demander aux autres victimes et à leurs amis et proches de nous rendre hommage en boycottant» la soirée.

Cinemark n'a pas réagi dans l'immédiat.

Le massacre d'Aurora avait ravivé le débat récurrent sur le réglementation du contrôle des armes aux États-Unis, alimenté une nouvelle fois par la tuerie de Newtown (Connecticut) le mois dernier, qui a fait 26 morts, dont 20 enfants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer