Sinistre anniversaire du massacre de Newtown

Le 14 décembre 2012 au matin, un tireur... (Photo Jessica Hill, archives AP)

Agrandir

Le 14 décembre 2012 au matin, un tireur a tué sa mère avant de se rendre à l'école primaire Sandy Hook, où il a tué 26 personnes.

Photo Jessica Hill, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tuerie à Newtown

International

Tuerie à Newtown

Le 14 décembre 2012, un jeune homme a tué 20 enfants et six adultes dans l'école primaire de Sandy Hook. Il a aussi assassiné sa mère et s'est enlevé la vie. »

Associated Press
NEW YORK

Il y a exactement deux ans, un jeune déséquilibré massacrait 20 enfants et six adultes dans une école élémentaire du Connecticut, un crime qui a traumatisé l'Amérique sans toutefois changer sa législation sur les armes à feu.

L'anniversaire de cette tragédie du 14 décembre 2012 dans la petite ville de Newtown n'a été marqué par aucune cérémonie et peu de déclarations des autorités américaines. Des responsables locaux ont préféré demander que cette journée de dimanche soit consacrée au souvenir et à l'introspection personnelle.

Les drapeaux sont toutefois en berne à Newtown, là où Adam Lanza, 20 ans, a tué sa mère Nancy, puis 20 jeunes enfants de six et sept ans et six membres de l'encadrement de l'école primaire Sandy Hook, avant de se suicider.

Les photos des 20 bambins circulaient de nouveau dimanche sur les réseaux sociaux, avec d'innombrables messages de condoléances et de prières.

Dans un rare communiqué, des responsables de l'école ont expliqué que depuis deux ans alternaient «des jours d'espoir joyeux et des plongées dans le désespoir». Mais «il n'y a aucun moyen de s'abstraire du fait que nous sommes là où nous sommes à cause de morts atroces à l'école ce jour-là», ont-ils écrit.

Quelques élus du Congrès ont toutefois rompu le silence de cette journée anniversaire de la tragédie en appelant de nouveau à une réforme de la législation fédérale sur les armes.

Le massacre d'enfants avait provoqué une onde de choc aux États-Unis, avec des manifestations, et l'effroi dans le reste du monde. Le président Barack Obama avait appelé à réformer les règles sur la circulation des armes à feu, mais cet effort s'était fracassé en avril 2013 sur le refus du Congrès.

«La tragédie de Sandy Hook est presque indicible», a dit dans un communiqué le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid. «Je me tiens aux côtés des familles de Newtown et de la grande majorité des Américains qui pensent qu'il devrait y avoir des contrôles sur les antécédents (des acheteurs d'armes) qui permettraient d'éviter que des armes tombent entre les mains de dangereux criminels et de déséquilibrés mentaux», a plaidé le sénateur.

Une élue du Connecticut, Rosa DeLauro, a dénoncé «le manque d'action honteux du Congrès» sur une réforme sur les armes, promettant de «continuer à se battre jusqu'à obtenir des changements» de la loi.

À Newtown, hantée à jamais par le massacre de ses enfants et adultes, une nouvelle école Sandy Hook doit rouvrir en 2016 et un mémorial pourrait être érigé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer