Schwarzenegger: Hollywood n'est pas responsable de la violence

Dans son plus récent film, The Last Stand,... (Photo fournie par Lionsgate/Alliance)

Agrandir

Dans son plus récent film, The Last Stand, Arnold Schwarzenegger campe un shérif chargé de stopper un bandit notoire qui tente de s'enfuir au Mexique.

Photo fournie par Lionsgate/Alliance

Partager

Dossiers >

Des Américains et des armes

International

Des Américains et des armes

Dans la foulée de la fusillade de Newtown au Connecticut, le débat autour des armes à feu polarise de plus en plus les Américains. Entre d'un côté les partisans d'un contrôle plus musclé et de l'autre les défenseurs purs et durs du deuxième amendement de la Constitution américaine. »

Le comédien et ancien gouverneur californien Arnold Schwarzenegger estime qu'on ne doit pas tenir les films violents responsables de massacres aux armes à feu tel celui commis à Newtown.

S'il croit les causes multiples, il les situe en dehors du grand écran. «Nous devons analyser nos façons de gérer la maladie mentale, la possession d'armes à feu et nos agissements comme parents», a-t-il dit dans une entrevue au quotidien anglais The Guardian.

Le comédien a fait cette déclaration à l'occasion d'entrevues données pour la sortie du film The Last Stand. Vedette principale du film, l'acteur y campe un shérif chargé de stopper un bandit notoire qui tente de s'enfuir au Mexique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer