Des victimes de prêtres appuient Mgr Ouellet pour attirer l'attention

Des victimes de prêtres ont pris part à... (Photo: PC)

Agrandir

Des victimes de prêtres ont pris part à une manifestation dimanche devant la basilique St-Viateur d'Outremont.

Photo: PC

Partager

Dossiers >

Succession de Benoît XVI

International

Succession de Benoît XVI

Le pape Benoît XVI a créé la surprise en annonçant qu'il renonçait à ses fonctions, officiellement pour des raisons de santé. Alors que le cardinal québécois Marc Ouellet était l'un des dix «papabili», c'est finalement le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio qui a été élu mercredi 13 mars 2013, à l'issue du deuxième jour du conclave qui avait lieu à Rome. Le nouveau pape porte le nom de François. »

Benjamin Shingler
La Presse Canadienne
Montréal

L'Association des victimes de prêtres a tenu une manifestation dimanche à Montréal, pour, étonnamment, «fortement» appuyer la candidature du cardinal Marc Ouellet pour succéder à Benoit XVI à titre de pape.

Le porte-parole de l'Association, Carlo Tarini, a assuré que la décision n'a pas été prise par dérision. Selon lui, l'élection de Mgr Ouellet à la papauté attirera une attention mondiale sur les nombreux cas d'abus commis par des prêtres pédophiles québécois. Il estime que plusieurs dossiers de victimes pourraient ainsi débloquer. Des participants à la manifestation de dimanche ont dit espérer voir du progrès dans des cas qui n'avancent pas depuis plusieurs années.

Carlo Tarini soutient que le Québec est un paradis pour les prêtres pédophiles. Il déplore que les cardinaux Marc Ouellet et Jean-Claude Turcotte, alors qu'ils étaient archevêques de Québec et Montréal, respectivement, n'aient jamais admis la responsabilité de l'Église catholique dans les nombreux cas d'abus. Selon M. Tarini, les prêtres pédophiles sont toujours protégés par l'Église.

Il a cependant ajouté qu'il ne fallait pas que le cas du frère de Mgr Ouellet, qui a déjà été condamné dans une affaire de pédophilie, vienne porter ombrage à la candidature du cardinal québécois comme pape. Selon lui, personne ne peut être tenu «responsable par association».

Les gens présents à la manifestation de dimanche devant la basilique St-Viateur d'Outremont, dont plusieurs venus appuyer les victimes, «espèrent qu'il (Marc Ouellet) soit élu, parce que 1,2 milliards de catholiques deviendront conscients de la victimisation des enfants ici au Québec par les prêtres pédophiles pendant plusieurs générations», a déclaré M. Tarini.

Il a suggéré qu'un médiateur soit nommé pour faire avancer le dossier, comme l'ancien juge Michel Bastarache l'a été au Nouveau-Brunswick.

«Ce qui est important, c'est que ces cas soient examinés dans les prochains mois, pas dans les prochaines années», a-t-il soutenu.

Le cardinal Ouellet est considéré parmi les favoris pour succéder au pape Benoît XVI, qui a démissionné le mois dernier.

Il a été critiqué par ceux qui estiment qu'il n'en a pas assez fait pour aborder le problème des abus sexuels dans sa propre province.

Lucien Landry, président du Comité des orphelins de Duplessis victimes d'abus, a dit que Mgr Ouellet n'a pas fait d'effort pour travailler avec les victimes lorsqu'il était l'archevêque de Québec.

M. Landry a participé à la manifestation de dimanche, mais a affirmé que rien ne serait différent si Mgr Ouellet devenait pape.

«Dans notre fond du coeur, on ne croit pas qu'il va régler (ce problème) parce qu'étant archevêque du diocèse et étant cardinal, il n'a pas voulu régler et au contraire il l'a camouflé. Mais, par solidarité avec les victimes, on appuie sa candidature», a déclaré M. Landry.

Luc-Robert Archambault, représentant des victimes du Collège Notre Dame, un pensionnat pour garçons, était également sceptique de voir des changements dans le discours de l'Église.

«La position est ironique. Je ne crois pas que le cardinal Ouellet a présenté des points de vue qui étaient favorables à régler ce genre de cause. On a plutôt l'impression que c'est le contraire. Je ne vois pas en quoi Mgr Ouellet sera bénéfique à toutes les causes qui sont en litige, surtout en ce concerne les abus sexuels», a-t-il expliqué.

«Depuis la Grande Noirceur, pendant 50 ans, c'est le silence qui a prédominé... disons qu'ils ont essayé de noyer le poisson longtemps», a-t-il ajouté.

Dans une entrevue à la télévision de la CBC la semaine dernière, Mgr Ouellet s'est prononcé sur la façon dont l'Église avait abordé les problèmes d'abus sexuels. Il a défendu l'Église et déclaré qu'il s'agissait «non pas d'un problème catholique, mais d'un problème humain».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer