Le Vatican demande «plus de réserve» aux cardinaux

Le cardinal-archevêque de New York, Timothy Dolan.... (PHOTO TONY GENTILE, REUTERS)

Agrandir

Le cardinal-archevêque de New York, Timothy Dolan.

PHOTO TONY GENTILE, REUTERS

Partager

Dossiers >

Succession de Benoît XVI

International

Succession de Benoît XVI

Le pape Benoît XVI a créé la surprise en annonçant qu'il renonçait à ses fonctions, officiellement pour des raisons de santé. Alors que le cardinal québécois Marc Ouellet était l'un des dix «papabili», c'est finalement le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio qui a été élu mercredi 13 mars 2013, à l'issue du deuxième jour du conclave qui avait lieu à Rome. Le nouveau pape porte le nom de François. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Cité du Vatican

Le Vatican a recommandé mercredi «plus de réserve» et de discrétion d'ici au conclave qui élira le prochain pape tandis qu'au même moment les cardinaux américains annulaient leur réunion quotidienne se disant «inquiets de possibles fuites» d'information.

Cette annulation impromptue a été à l'origine de nombreuses questions au porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, sur une éventuelle intervention de la «congrégation générale» (le pré-conclave) pour imposer le silence à leurs collègues des États-Unis.

Le père Lombardi ne l'a pas confirmé, pas plus qu'il n'a avalisé l'existence d'éventuelles «tensions», mais il a insisté sur la nécessité d'une «réserve croissante» à mesure que les travaux entrent dans le vif du sujet. Il a dit «ne pas être surpris» de l'annulation de la réunion, en soulignant que «le chemin du collège des cardinaux vers le conclave est une situation particulière, ce n'est pas un congrès ou un synode».

Selon le porte-parole, «il est normal qu'il y ait des étapes différentes, d'abord une ouverture, de la communication, du partage et puis peu à peu un mode de communication différent en voyant la sensibilité et les indications du collège dans son ensemble».

Le cardinal-archevêque de New York, Timothy Dolan et son collègue de Chicago Francis George devaient s'adresser aux journalistes mercredi devant le Collège pontifical nord-américain à Rome.

«Des inquiétudes ont été exprimées à propos de fuites sur des procédures confidentielles dans les journaux italiens», a indiqué la Conférence épiscopale américaine dans un communiqué, expliquant que «par précaution, les cardinaux ont décidé de ne pas donner d'interviews».

Les médias italiens avaient mercredi matin fait état de discussions plus qu'animées lors des réunions de pré-conclave entre les cardinaux américains et allemands d'un côté et les Italiens de l'autre sur la date du conclave.

Les prélats allemands et américains auraient demandé de prolonger le plus possible les «congrégations générales» alors que leurs collègues italiens auraient voulu expédier ces réunions pour anticiper le conclave.

Tous les cardinaux participant aux «congrégations générales», les réunions préparatoires du conclave, prêtent serment à leur arrivée à Rome de ne pas dévoiler la teneur de leurs discussions. Au cours de leurs réunions, les cardinaux américains ont parlé de ce qu'ils jugeaient prioritaires, mais en restant très génériques et sans briser le sceau du secret.

Mais depuis leur arrivée, ils insistent beaucoup sur la nécessité de réformer la curie romaine, minée par les intrigues et critiquée pour des scandales qui ont entaché l'image de l'Église comme l'affaire Vatileaks de fuites de documents ou la gestion critiquée de la banque du Vatican, l'IOR.

Les cardinaux Sean O'Malley (Boston), cité comme «papabile», et Francis George (Chicago) se sont ainsi fait l'écho mardi de «réflexions en cours dans le monde catholique sur la gouvernance de l'Église et la manière de l'améliorer».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer