La taupe de WikiLeaks fait appel de sa condamnation

Chelsea Manning a été condamnée à 35 années... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Chelsea Manning a été condamnée à 35 années de prison pour avoir transmis plus de 700 000 documents confidentiels au site WikiLeaks, alors qu'elle était encore le soldat Bradley Manning.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Sous surveillance

International

Sous surveillance

Edward Snowden, un ancien consultant de la CIA, a révélé l'existence de programmes secrets de surveillance des communications électroniques en remettant des documents compromettants aux quotidiens The Guardian et The Washington Post. Il s'est depuis réfugié à Hong Kong alors que le gouvernement américain a lancé une enquête contre lui. »

Associated Press
WASHINGTON

Chelsea Manning, l'ancienne taupe de WikiLeaks incarcérée à la prison militaire de Fort Leavenworth pour avoir fourni au site internet des milliers de documents secrets, a fait appel de sa condamnation à 35 ans de prison, a annoncé jeudi sa défense.

«Il n'y a aucun doute que la condamnation de Chelsea Manning est incroyablement excessive (...), représentant la punition la plus sévère jamais reçue par un lanceur d'alertes dans l'histoire américaine», a déclaré l'un de ses avocats, Vincent Ward.

L'Armée de terre américaine s'est refusée à tout commentaire sur «une affaire en cours».

Chelsea Manning, une transsexuelle qui s'appelait auparavant Bradley Manning, a été condamnée à 35 ans de prison en août 2013. Elle est actuellement détenue à la prison militaire de Fort Leavenworth, où elle se bat également pour obtenir le droit de se laisser pousser les cheveux.

Ses avocats ont présenté une série d'arguments à l'appui de leur demande d'appel, dénonçant notamment le fait que Chelsea Manning ait été placée à l'isolement pendant près d'un an avant son procès.

Et «le gouvernement n'a pas produit de preuves significatives que les révélations de Chelsea aient réellement nui à la sécurité nationale des États-Unis ou à ses intérêts diplomatiques», ont-ils ajouté dans une déclaration à la presse.

Les partisans de Chelsea Manning estiment par ailleurs que la condamnation qu'elle a subie n'est pas équitable, si on la compare à la punition beaucoup plus légère reçue par le prestigieux général David Petraeus pour avoir partagé des informations classifiées avec sa maîtresse.

Le général Petraeus a écopé en 2015 de 100 000 dollars d'amende et deux ans de mise à l'épreuve.

L'Association des libertés civiles américaines (ACLU) a déposé une motion de soutien à l'appel de Chelsea Manning.

«La poursuite sélective des personnes qui révèlent des secrets gouvernementaux est profondément dangereuse pour notre démocratie», a déclaré Dror Ladin, un avocat de l'ACLU.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer