Un haut responsable américain démissionne après un piratage massif

«Ce matin, j'ai offert ma démission au président... (PHOTO JONATHAN ERNST, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«Ce matin, j'ai offert ma démission au président qui l'a acceptée», a indiqué dans un communiqué Katherine Archuleta, directrice de l'Office of Personnel Management.

PHOTO JONATHAN ERNST, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Sous surveillance

International

Sous surveillance

Edward Snowden, un ancien consultant de la CIA, a révélé l'existence de programmes secrets de surveillance des communications électroniques en remettant des documents compromettants aux quotidiens The Guardian et The Washington Post. Il s'est depuis réfugié à Hong Kong alors que le gouvernement américain a lancé une enquête contre lui. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

La directrice de l'agence chargée de la gestion des fonctionnaires américains a démissionné vendredi au lendemain de la révélation d'un piratage massif portant sur les données personnelles de plus de 20 millions de personnes.

Selon les informations rendues publiques jeudi par le gouvernement, les informations de 21,5 millions de personnes, qui pour la plupart avaient fait l'objet d'une vérification de leurs antécédents pour accéder à un poste dans l'administration, ont été piratées.

Leurs éventuels antécédents judiciaires, mais également des informations sur leur état de santé ou leurs finances font partie des éléments piratés.

«Ce matin, j'ai offert ma démission au président qui l'a acceptée», a indiqué dans un communiqué Katherine Archuleta, directrice de l'Office of Personnel Management, jugeant que cette décision s'imposait pour «permettre à l'agence de surmonter les défis actuels».

Selon l'administration américaine, il s'agit d'un incident «distinct mais lié» à celui, révélé début juin, touchant les données personnelles de quatre millions d'employés fédéraux.

Plusieurs médias américains avaient alors montré la Chine du doigt, Pékin dénonçant de son côté des allégations «irresponsables et sans fondement».

La Maison-Blanche a cependant toujours refusé de s'exprimer sur ce point. «Le fait que nous ne donnions aucune information publiquement ne veut pas dire que nous ne prenons pas des mesures», a expliqué jeudi Michael Daniel, coordinateur pour la cybersécurité au sein du Conseil de sécurité nationale (NSC).

Le piratage informatique envenime depuis longtemps les relations diplomatiques entre Washington et Pékin.

Fin juin, lors d'une rencontre à Washington avec de hauts responsables chinois, le secrétaire d'État américain John Kerry s'est dit «profondément préoccupé par les questions de cybersécurité», évoquant en particulier des «dommages causés aux entreprises américaines».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer