Les É.-U. ont espionné ministres et avion de la présidente du Brésil

Le présidente brésilienne Dilma Rousseff aux côtés du... (PHOTO SAUL LOEB, AFP)

Agrandir

Le présidente brésilienne Dilma Rousseff aux côtés du président Barack Obama.

PHOTO SAUL LOEB, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Sous surveillance

International

Sous surveillance

Edward Snowden, un ancien consultant de la CIA, a révélé l'existence de programmes secrets de surveillance des communications électroniques en remettant des documents compromettants aux quotidiens The Guardian et The Washington Post. Il s'est depuis réfugié à Hong Kong alors que le gouvernement américain a lancé une enquête contre lui. »

Agence France-Presse
BRASILIA

Les États-Unis ont espionné la présidente brésilienne Dilma Rousseff, mais également plusieurs de ses ministres et ambassadeurs, et jusqu'à son avion présidentiel, révèlent des documents publiés conjointement samedi par le site WikiLeaks et le journal O Globo.

«Même au cours de ses voyages officiels, la présidente Rousseff n'était pas à l'abri d'être écoutée puisque (...) le service de téléphonie satellitaire Inmarsat de l'avion présidentiel» était espionné, indique un communiqué publié par WikiLeaks.

Les ministres de l'Économie, des Affaires étrangères, le président de la Banque centrale, le chef de cabinet de la présidente, de même que les ambassadeurs en Allemagne, en France, aux États-Unis et à Genève ont tous été surveillés par l'Agence de sécurité nationale (NSA) américaine au cours du premier mandat de Mme Rousseff (2010-2014), selon ces documents.

La liste des cibles brésiliennes des écoutes de la NSA révélées par WikiLeaks et Globo contient 29 contacts et livre de nouveaux détails sur le scandale d'espionnage mondial opéré par les États-Unis révélé en 2013 par l'ancien sous-traitant de la NSA Edward Snowden, aujourd'hui réfugié en Russie.

Après ces premières révélations concernant l'interception des conversations de la présidente, Mme Rousseff avait annulé un voyage officiel aux États-Unis, qui s'est finalement déroulé fin juin.

«Si la présidente Rousseff veut attirer de nouveaux investissements américains au Brésil (...) comment peut-elle assurer aux entreprises brésiliennes que leurs homologues américaines ne bénéficieront pas d'avantages grâce à cette surveillance ?», interroge Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, dans ce communiqué.

Ces nouvelles révélations sur l'espionnage de la NSA s'ajoutent à celles faites ces dernières semaines sur la surveillance des gouvernements français et allemands, notamment, grâce à des documents obtenus par WikiLeaks.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer