Réforme de la NSA: Obama appelle le Sénat à voter «rapidement»

Le président américain Barack Obama a appelé vendredi le Sénat à voter... (Archives AP)

Agrandir

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Sous surveillance

International

Sous surveillance

Edward Snowden, un ancien consultant de la CIA, a révélé l'existence de programmes secrets de surveillance des communications électroniques en remettant des documents compromettants aux quotidiens The Guardian et The Washington Post. Il s'est depuis réfugié à Hong Kong alors que le gouvernement américain a lancé une enquête contre lui. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le président américain Barack Obama a appelé vendredi le Sénat à voter rapidement la réforme du programme de collecte de données par l'Agence nationale de sécurité (NSA), mettant en garde contre les conséquences d'un blocage au Congrès.

«Nous n'avons plus que quelques jours», a averti M. Obama dans le Bureau ovale, rappelant qu'en l'absence d'accord d'ici dimanche, la NSA devrait débrancher les serveurs qui lui permettent de collecter les métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis.

«Il ne s'agit pas de choisir entre sécurité et respect des libertés. Nous avons trouvé le bon équilibre», a-t-il martelé, déplorant un blocage opéré par «une poignée de sénateurs».

«Je ne veux pas [...] que soyons confrontés à une situation où nous aurions pu empêcher une attaque terroriste ou arrêter quelqu'un de dangereux, mais où nous ne l'avons pas fait simplement en raison de l'inaction du Sénat», a-t-il poursuivi, en présence de la nouvelle ministre américaine de la Justice Loretta Lynch.

M. Obama a précisé avoir demandé au chef de la majorité républicaine du Sénat américain, Mitch McConnell, «d'agir et d'agir rapidement».

La Maison-Blanche et la Chambre des représentants sont d'accord sur une nouvelle loi permettant de continuer le stockage des métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis (horaire, durée, numéro appelé, mais pas leur contenu), mais en le confiant aux opérateurs téléphoniques, et non à la NSA.

Le Sénat refuse pour l'instant d'approuver le texte, baptisé USA Freedom Act, qui est bloqué par une coalition de républicains aux arguments totalement opposés, mais unis par leur volonté de saborder la réforme.

Certains, comme Mitch McConnell, estiment que le texte déshabille trop la NSA. D'autres, comme le libertarien Rand Paul, trouvent qu'il n'en fait pas assez pour démanteler ce dispositif de «surveillance» des Américains.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer