Le Canada espionne à l'étranger pour le compte de la NSA

Le Canada, via sa propre agence d'espionnage électronique... (Photo: AFP)

Agrandir

Le Canada, via sa propre agence d'espionnage électronique - le Centre de sécurité des télécommunications Canada (CSTC) -, travaille main dans la main avec la NSA dans «environ 20 pays hautement prioritaires».

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Sous surveillance

International

Sous surveillance

Edward Snowden, un ancien consultant de la CIA, a révélé l'existence de programmes secrets de surveillance des communications électroniques en remettant des documents compromettants aux quotidiens The Guardian et The Washington Post. Il s'est depuis réfugié à Hong Kong alors que le gouvernement américain a lancé une enquête contre lui. »

Agence France-Presse

Le Canada mène des activités d'espionnage à l'étranger pour le compte de l'agence de sécurité nationale américaine (NSA), rapporte mardi la chaîne publique CBC.

Ottawa a même ouvert des postes d'espionnage à l'étranger expressément à la demande de la NSA, a indiqué CBC en se fondant sur un document de cette dernière et fourni par Edward Snowden, l'ancien consultant de l'agence américaine actuellement recherché par Washington et réfugié en Russie.

Le Canada, via sa propre agence d'espionnage électronique - le Centre de sécurité des télécommunications Canada (CSTC) -, travaille main dans la main avec la NSA dans «environ 20 pays hautement prioritaires», dont certains sont des partenaires commerciaux d'Ottawa, précise le document daté du 3 avril 2013.

Le rapport de quatre pages contient des détails opérationnels sensibles que la chaîne publique a préféré ne pas rendre publics, afin de ne pas nuire à des représentants du Canada à l'étranger.

L'intérêt des Américains pour le travail des Canadiens y est précisé: «Le CSTC partage avec la NSA son accès (...) à des régions inaccessibles aux États-Unis».

Le document décrit les «relations de coopération étroite» entre les deux agences, qui s'échangent aussi du personnel, et souligne que «chacune des parties voudrait les étendre et les renforcer davantage».

La NSA affirme que le CSTC est une agence de renseignement sophistiquée, disposant d'outils «de collecte, de traitement et d'analyse» de données «élaborés», et qui «a ouvert des sites secrets à la demande de la NSA».

Un ex-haut responsable de la NSA devenu l'un de ses détracteurs, Thomas Drake, s'est déclaré guère étonné par l'ampleur de la collaboration entre les agences des deux pays. «C'est comme ça depuis des années», a-t-il dit à CBC.

Fin novembre, la CBC avait révélé, sur la foi d'autres documents récupérés par Edward Snowden, que le Canada avait autorisé les États-Unis à surveiller les échanges liés à des chefs d'État au cours des sommets du G8 et du G20 de Toronto en 2010.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer