Le Hamas a exécuté des «collaborateurs» pendant la guerre à Gaza

Selon la loi palestinienne, les collaborateurs, les meurtriers... (Photo Lefteris Pitarakis, AP)

Agrandir

Selon la loi palestinienne, les collaborateurs, les meurtriers et les trafiquants de drogue sont passibles de la peine de mort.

Photo Lefteris Pitarakis, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Offensive israélienne à Gaza

International

Offensive israélienne à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération «Bordure protectrice», la plus importante offensive militaire contre la Bande de Gaza depuis la sanglante et controversée mission «Plomb durci» lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

Agence France-Presse
GAZA

La branche armée du Hamas a exécuté des Palestiniens coupables selon elle d'avoir aidé Israël pendant la guerre de Gaza, a rapporté mercredi le site Majd, proche du mouvement islamiste.

Ces «collaborateurs ont aidé l'ennemi à viser de nouvelles cibles» et ont été «exécutés après avoir été arrêtés pour avoir donné à l'ennemi des informations sur la résistance et ses hommes», explique le site en citant sans le nommer un haut responsable de la sécurité à Gaza.

Le site précise que ces exécutions ont été menées par les brigades Al-Qassam, la branche armée du Hamas, mais ne précise pas le nombre de «collaborateurs» concernés.

L'État hébreu a lancé le 8 juillet une offensive destinée à anéantir les capacités militaires du Hamas dans la bande de Gaza, où près de 1900 Palestiniens ont trouvé la mort, en grande majorité des civils.

De son côté, le Hamas a infligé à l'armée israélienne ses plus lourdes pertes depuis la guerre au Liban en 2006, avec 64 soldats tués.

Selon la loi palestinienne, les collaborateurs, les meurtriers et les trafiquants de drogue sont passibles de la peine de mort.

En mai, le Hamas avait annoncé avoir exécuté deux «collaborateurs», l'un par balles et l'autre par pendaison. En octobre 2013, les autorités du Hamas avaient aussi exécuté un homme pour meurtre.

En principe, toute exécution doit être approuvée par le président palestinien Mahmoud Abbas, qui dirige l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) avec laquelle le Hamas a récemment signé un accord de réconciliation.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer