Gaza: des intellectuels dénoncent «l'aveuglement» des conservateurs

Plus de 120 personnes ont accepté de cosigner... (Photo archives AFP)

Agrandir

Plus de 120 personnes ont accepté de cosigner un texte d'opinion dans laquelle ils indiquent souhaiter que «cesse le massacre de la bande de Gaza».

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Offensive israélienne à Gaza

International

Offensive israélienne à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération «Bordure protectrice», la plus importante offensive militaire contre la Bande de Gaza depuis la sanglante et controversée mission «Plomb durci» lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

La Presse Canadienne
Montréal

Le gouvernement fédéral se fait publiquement écorcher pour sa prise de position sans équivoque concernant les hostilités dans la bande de Gaza.

Plus de 120 personnes ont accepté de cosigner un texte d'opinion intitulé «L'abandon de la vocation pacifique», publié dans l'édition de vendredi du journal «Le Devoir».

D'entrée de jeu, les signataires, qui comptent entre autres dans leurs rangs des professeurs d'université, des enseignants du collégial, des chercheurs et des écrivains, soulignent que leur objectif «n'est pas de déterminer qui a commencé ou qui est à l'origine de ce conflit».

Ils notent qu'ils souhaitent plutôt que «cesse le massacre de la bande de Gaza», et afin de favoriser une «paix durable» dans l'enclave palestinienne, ils plaident pour la «création de deux États».

Ces intellectuels enchaînent en reconnaissant qu'ils n'ont aucun pouvoir sur les principaux acteurs mêlés au conflit, mais ils laissent entendre qu'ils espèrent pouvoir, à tout le moins, influencer Ottawa.

Ils déplorent le fait que les conservateurs trahissent la fonction traditionnelle «de force de paix» @du Canada en offrant leur «appui inconditionnel» au gouvernement israélien.

Le politologue Alain-G. Gagnon de l'Université du Québec à Montréal, qui fait partie des signataires, rappelle que le gouvernement fédéral a longtemps joué un «rôle de médiation sur la scène internationale», mais que, depuis l'arrivée au pouvoir des conservateurs, «cette vision a commencé à s'appauvrir, à s'amenuiser». Cela a «des conséquences extrêmement importantes sur l'image de notre pays à l'échelle internationale», a-t-il affirmé lors d'une entrevue avec La Presse Canadienne.

Il ajoute qu'on ne peut se contenter de se ranger «du côté du plus puissant dans toutes les circonstances».

M. Gagnon et les autres auteurs de la lettre estiment que le point de vue des troupes du premier ministre Stephen Harper aurait tout avantage à reposer non pas sur «la loi du plus fort» et sur «des intérêts géopolitiques», mais bien sur la Déclaration universelle des droits de l'homme et sur le droit international.

Ils avancent qu'avec leur position partisane, les ténors du gouvernement fédéral contribuent à «attiser» la crise au lieu d'aider à calmer le jeu.

L'avocat constitutionnaliste Frédéric Bérard, qui a également accepté que son nom apparaisse au sommet de la lettre ouverte, avance que l'objectif du gouvernement canadien «devrait être de favoriser un retour à la paix et de faire tout en (son) pouvoir» pour en arriver à un tel dénouement.

En entrevue avec La Presse Canadienne, Me Bérard a accusé les conservateurs de ne «chercher absolument aucun compromis» et de ne pas réellement essayer de «comprendre une situation qui est nécessairement très sensible et délicate».

Au passage, il décoche une flèche en direction des élus provinciaux québécois, en leur reprochant «leur silence». Selon lui, leur «mutisme est assez gênant».

Même s'il se dit ouvertement «sceptique» quant aux résultats tangibles que peut engendrer une lettre ouverte, Frédéric Bérard soutient qu'il est du «ressort des intellectuels de critiquer le gouvernement, d'essayer de faire avancer les choses et de créer un certain éveil au sein de la population».

Il observe qu'«une certaine forme d'apathie semble s'être installée par rapport à cette partie du globe» chez les citoyens, ce qui, à ses yeux, est «tout à fait désolant».

Me Bérard et ses cosignataires insistent sur le fait que, malgré «la distance et les vacances», nul ne doit demeurer insensible face à ce qui se passe dans la bande de Gaza.

Détourner le regard équivaudrait, d'après eux, à être «complice de la mort d'innocents».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer