Dimanche sanglant à Gaza

Le pilonnage sanglant de la ville de Chajaya,... (Photo: Reuters)

Agrandir

Le pilonnage sanglant de la ville de Chajaya, située non loin de la frontière israélienne, a tué au moins 62 Gazaouis dimanche, le bombardement le plus meurtrier depuis la guerre de 2008-2009 dans l'enclave palestinienne.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Offensive israélienne à Gaza

International

Offensive israélienne à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération «Bordure protectrice», la plus importante offensive militaire contre la Bande de Gaza depuis la sanglante et controversée mission «Plomb durci» lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

Sur le même thème

Antoine LAMBROSCHINI, Mai YAGHI
Agence France-Presse
Gaza

Plus de 120 Palestiniens sont morts dans le pilonnage par l'armée israélienne d'une banlieue de Gaza dimanche, journée la plus sanglante du conflit, où 13 soldats israéliens ont été tués et, selon le Hamas, un autre kidnappé, affirmation démentie par Israël.

Le président américain Barack Obama, s'inquiétant du «nombre croissant de morts» à Gaza, a indiqué que son chef de la diplomatie John Kerry allait se rendre au Caire lundi, et a dit rechercher un «cessez-le-feu immédiat».

Dirigeants palestiniens et Ligue arabe ont accusé Israël de commettre un «crime de guerre» en pilonnant Chejaïya, tandis que le secrétaire général de l'ONU Ban ki-Moon a entamé une tournée dans la région pour tenter de mettre fin au conflit qui a déjà tué 476 Palestiniens depuis le début de la campagne israélienne le 8 juillet.

De son côté, le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence dimanche soir à New York à la demande de la Jordanie, membre du Conseil, après un appel en ce sens lancé par le président palestinien Mahmoud Abbas.

Pour l'armée israélienne, la journée de dimanche a été noire également: avec 13 soldats de la brigade d'élite Golani tués, le bilan des militaires morts dans l'offensive monte à 18, un nombre jamais vu depuis la guerre du Liban en 2006. L'armée a aussi comptabilisé au moins 55 blessés.

La branche armée du Hamas a revendiqué dimanche soir l'enlèvement d'un soldat israélien, déclenchant des manifestations de joie dans les rues de la ville de Gaza.

«Le soldat israélien Shaul Aaron est entre les mains des Brigades Ezzedine al-Qassam», le bras armé du mouvement islamiste, a déclaré leur porte-parole Abou Obeida dans une allocution télévisée.

L'ambassadeur israélien à l'ONU Ron Prosor a démenti cet enlèvement, affirmant que «ces rumeurs sont fausses».

Deux civils israéliens sont morts depuis le lancement le 8 juillet de l'opération Protective Edge («Bordure protectrice») pour neutraliser les capacités militaires du Hamas dans la bande de Gaza.

«Massacre» à Chejaïya

Les forces israéliennes ont fait état de leurs pertes après une journée marquée par le pilonnage sanglant de Chejaïya, située non loin de la frontière israélienne, qui a tué au moins 72 Gazaouis et fait quelque 4.000 blessés, le bombardement le plus meurtrier depuis la guerre de 2008-2009 dans l'enclave palestinienne.

Et avec plus de 120 morts à travers la bande de Gaza, cette 13e journée d'offensive israélienne est devenue la plus sanglante de la campagne militaire.

A Chejaïya, une journaliste de l'AFP a décrit des scènes de carnage et de chaos, tel cet homme éventré, à la tête arrachée.

«Chejaïya est une zone civile où le Hamas a placé ses roquettes, ses tunnels, ses centres de commandement», a justifié l'armée, «cela fait des jours que nous avons prévenu les civils de Chajaya qu'ils devaient évacuer. Le Hamas leur a ordonné de rester, c'est le Hamas qui les a mis dans la ligne de mire».

Le «massacre» de Chejaïya, une banlieue à l'est de la ville de Gaza, a été dénoncé par les dirigeants palestiniens et la Ligue arabe qui ont accusé Israël de commettre un «crime de guerre», alors que M. Abbas appelait depuis le Qatar à une réunion d'urgence du conseil de sécurité de l'ONU.

Le président palestinien devait rencontrer à Doha le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, qui réclame la levée complète du blocus de Gaza, l'ouverture du poste-frontière de Rafah avec l'Egypte et la libération de prisonniers.

A Doha, où il a entamé sa tournée au Moyen-Orient, M. Ban a pour sa part appelé Israël à «faire beaucoup plus» pour épargner les civils dans son offensive militaire contre la bande de Gaza, condamnant «l'action atroce» de l'armée à Chajaya.

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a pour sa part revendiqué «le soutien très fort de la communauté internationale».

«En tant qu'État démocratique, Israël utilise des outils de légitime défense pour se battre contre ceux qui nous tirent des roquettes», a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse.

Le secrétaire d'État américain John Kerry, qui se rend au Caire ce lundi à la demande du président Barack Obama, a accusé le mouvement islamiste, qui contrôle la bande de Gaza, de refuser «obstinément» un cessez-le-feu.

Civils pris au piège 

Médecins sans frontières (MSF) a appelé Israël à «cesser de bombarder les civils pris au piège. La majorité des morts à Gaza sont des civils (...) A l'hôpital Al-Shifa où travaille MSF, la plupart des blessés qui arrivent en salle d'urgence sont des femmes et des enfants», a indiqué l'ONG dans un communiqué à l'AFP.

Au total l'offensive israélienne a fait au moins 476 morts et près de 4000 blessés, des civils pour l'essentiel. L'ONU à Gaza accueille 81 000 personnes déplacées par le conflit.

L'armée a annoncé dimanche l'intensification de son offensive terrestre, lancée jeudi, pour neutraliser les tirs de roquettes et les tunnels du mouvement palestinien, considéré comme terroriste par Israël et l'Occident.

Ce conflit, le plus sanglant depuis 2009 à Gaza, est le 4e entre le Hamas et Israël depuis 2006.

L'armée a fait état de 341 cibles visées dimanche. Quatorze tunnels allant vers Israël pour «commettre des attaques terroristes» ont été détruits et 110 «terroristes» tués. Dans le même temps 87 projectiles ont été tirés sur Israël depuis Gaza dimanche, et 1414 ces 12 derniers jours, selon l'armée.

Israël a mobilisé 53 200 hommes sur les 65 000 réservistes autorisés par le gouvernement pour l'offensive sur cette petite bande de terre de 362 km2 où s'entassent dans la misère 1,8 million d'âmes, soit l'une des densités de population les plus fortes au monde.

La nouvelle spirale de violence a été déclenchée après le rapt et le meurtre de trois étudiants israéliens en juin, attribués par Israël au Hamas, suivis de l'assassinat d'un jeune Palestinien brûlé vif à Jérusalem.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer