Quatre autres enfants palestiniens tués à Gaza

Le père de deux enfants tués jeudi, effondré.... (Photo Reuters)

Agrandir

Le père de deux enfants tués jeudi, effondré.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Offensive israélienne à Gaza

International

Offensive israélienne à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération «Bordure protectrice», la plus importante offensive militaire contre la Bande de Gaza depuis la sanglante et controversée mission «Plomb durci» lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

Agence France-Presse
GAZA

Quatre enfants palestiniens ont péri jeudi dans des raids israéliens sur la bande de Gaza après l'expiration d'une brève trêve humanitaire, le nombre de Palestiniens tués depuis le début du conflit le 8 juillet s'élevant à 237, en majorité des civils.

«Au moins trois enfants de la même famille ont été tués dans une frappe israélienne sur le quartier de Sabra, au centre de la ville de Gaza», a déclaré à l'AFP Achraf al-Qoudra, le porte-parole des services d'urgence locaux.

Les victimes ont été identifiées comme Jihad et Wassim Sheheibar, deux frères âgés respectivement de 8 et 7 ans, et Fulla Sheheibar, leur fille de 10 ans, a précisé M. al-Qoudra.

Les garçons et la jeune fille jouaient sur le toit de la maison quand une frappe de drone israélien a touché le bâtiment, faisant également cinq blessés.

Une fillette de 4 ans, Rahaf al-Jubour, a également péri dans un bombardement à Khan Younès, dans le sud de l'enclave, selon le bureau de M. al-Qoudra.

Peu après, un homme de 29 ans, Hamza Abadla, a été tué par une frappe près de Khan Younès, selon la même source.

Les hostilités entre Israël et le Hamas ont repris jeudi après l'expiration d'une brève trêve humanitaire qui a permis aux habitants de Gaza de s'approvisionner, au moment où les efforts pour un accord de cessez-le-feu s'accélèrent.

Avant la trêve de cinq heures négociée par l'ONU, de 10H00 locales (07H00 GMT) à 15H00 locales (12H00 GMT), un raid aérien sur Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, avait déjà fait un mort et deux blessés à l'aube.

Et quelques minutes avant l'entrée en vigueur de la trêve, trois Palestiniens avaient été tués et quatre autres blessés grièvement par des tirs de char sur une maison de Rafah, dans le sud de l'enclave palestinienne.

1770 blessés à Gaza 

Par ailleurs, un enfant de quatre ans et un homme de 41 ans ont succombé à leurs blessures jeudi.

Ce cessez-le-feu temporaire avait été réclamé par l'ONU afin de permettre l'acheminement d'aide humanitaire vers la minuscule enclave palestinienne de 362 km2, où s'entassent dans la misère 1,8 million d'âmes soumises à un blocus israélien depuis des années.

La trêve a été globalement respectée, même si sa fragilité a été illustrée par des tirs d'obus et un échange de tirs d'obus entre l'enclave palestinienne et l'armée, blessant un soldat.

Sur le front des négociations, un haut responsable israélien a, sous couvert de l'anonymat, annoncé à des médias dont l'AFP qu'un accord de cessez-le-feu entrerait en vigueur vendredi matin.

Mais le Hamas, au pouvoir à Gaza, a aussitôt démenti une annonce «inexacte» tout en faisant état «d'efforts en cours» pour une entente globale au moment où des négociations avaient lieu au Caire par l'intermédiaire du médiateur égyptien.

Mercredi, au moins 25 Palestiniens dont huit enfants ont été tués, selon les secours palestiniens. Quatre enfants ont péri dans un bombardement qui a détruit une cahute de pêcheurs sur une plage de la ville de Gaza.

Outre les 237 Palestiniens tués, 1770 ont été blessés depuis le 8 juillet, selon les services d'urgences palestiniens.

Dans le même temps, les organisations armées de Gaza ont lancé plus de 1200 roquettes contre Israël, tuant un civil israélien.

Washington demande à Israël de «redoubler» d'efforts pour protéger les civils

Les États-Unis ont demandé jeudi à Israël de «redoubler d'efforts pour éviter de faire des victimes civiles» au dixième jour de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza qui a fait 237 morts, en majorité des civils.

«Nous estimons que davantage peut être fait» pour protéger les civils, a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine, Jennifer Psaki, au lendemain de la mort de quatre enfants palestiniens atteints par des frappes israéliennes sur une plage de Gaza.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer