Première visite en Iran d'un chef d'État de l'UE en plus de 10 ans

Le président autrichien Heinz Fischer (à gauche) reçoit... (PHOTO LEONHARD FOEGER, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le président autrichien Heinz Fischer (à gauche) reçoit à Vienne le chef de la diplomatie iranienne Javad Zarif, le 3 juillet.

PHOTO LEONHARD FOEGER, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Agence France-Presse
VIENNE

Le président autrichien Heinz Fischer effectuera en septembre la première visite d'un chef d'État de l'Union européenne en Iran depuis 2004, ont annoncé ses services jeudi, neuf jours après la conclusion à Vienne d'un accord historique sur le nucléaire iranien.

«Après le succès avec l'accord de Vienne du 14 juillet 2015, concluant plusieurs années de négociations nucléaires, le président Heinz Fischer effectuera une visite de travail en Iran du 7 au 9 septembre», a indiqué la présidence dans un communiqué.

Le programme de cette visite n'a pas été communiqué, mais il est probable que M. Fischer rencontrera son homologue, Hassan Rohani.

Le président iranien, considéré comme un modéré, l'a appelé la semaine dernière pour remercier l'Autriche d'avoir été l'hôte du round final des négociations marathon entre les grandes puissances et l'Iran, selon l'agence APA.

Il s'agira de la première visite dans ce pays du chef d'État d'un pays de l'UE depuis celle effectuée en janvier 2004 par un autre président autrichien, Thomas Klestil.

Les annonces de visites de responsables européens de haut rang se multiplient depuis la conclusion de l'accord de Vienne, qui doit notamment ouvrir la voie à une normalisation des relations avec l'Iran et à une levée des sanctions économiques qui brident l'économie du pays.

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, doit ainsi se rendre à Téhéran mardi 28 juillet, suivie le lendemain du Français Laurent Fabius.

M. Fischer, dont la fonction est essentiellement protocolaire, sera accompagné du vice-chancelier et ministre de l'Économie Reinhold Mitterlehner, du ministre des Affaires étrangères Sebastian Kurz et de représentants des milieux économiques.

La levée des sanctions, attendue à partir de début 2016, doit rouvrir les vannes des investissements étrangers en Iran, un pays près de 80 millions d'habitants aux riches ressources pétrolières et gazières.

L'Autriche, un pays neutre qui a toujours cultivé de bonnes relations avec la République islamique, compte multiplier par cinq à moyen terme ses exportations vers ce pays, à plus de 1,42 milliard de dollars, selon la Chambre économique.

Celle-ci accueillait jeudi à Vienne le ministre du Commerce iranien, Mohammad Reza Nemarzadeh.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer