Nucléaire iranien: Sarkozy critique sévèrement l'accord possible

«L'Iran doté de l'arme nucléaire, c'est tout simplement... (PHOTO JACK GUEZ, AFP)

Agrandir

«L'Iran doté de l'arme nucléaire, c'est tout simplement inacceptable», a dit l'ancien président français Nicolas Sarkozy, exprimant un point de vue très proche de celui du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, l'un des principaux pourfendeurs de l'accord

PHOTO JACK GUEZ, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Agence France-Presse
HERZLIYA

L'ancien président français Nicolas Sarkozy a sévèrement critiqué lundi en Israël l'accord international qui pourrait être conclu d'ici à fin juin sur le nucléaire iranien à cause de son contenu et du cavalier seul diplomatique effectué selon lui par les Américains.

«L'accord qui est en train d'être discuté est condamnable, à la fois sur la méthode de négociation et sur l'accord», a dit M. Sarkozy lors d'une conférence stratégique à Herzliya.

«Avec cet accord, j'affirme qu'on reconnaît à l'Iran maintenant explicitement le droit de poursuivre l'enrichissement et de conduire des activités de recherche et de développement», a-t-il dit alors que par le passé, a-t-il noté, la communauté internationale réclamait de l'Iran une suspension totale des activités ultrasensibles d'enrichissement de l'uranium.

«C'est un changement profond de la mise en oeuvre du régime de non-prolifération qui ouvre potentiellement la voie à un risque grave de course aux armements nucléaires dans la région», a-t-il déclaré en citant l'Arabie saoudite et la Turquie comme deux pays pouvant être tentés de chercher à se doter de la bombe atomique.

«L'Iran doté de l'arme nucléaire, c'est tout simplement inacceptable», a-t-il dit, exprimant un point de vue très proche de celui du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, l'un des principaux pourfendeurs de l'accord que l'Iran et les six grandes puissances (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) tentent de conclure avant fin juin.

M. Sarkozy a aussi durement critiqué la méthode.

«Je n'accepte pas la façon dont cet accord a été négocié puisqu'il est pour l'essentiel le fruit d'une négociation bilatérale entre Américains et Iraniens; les autres acteurs du dossier, dont la France, ont été laissés parfaitement à la porte», a-t-il dit.

«Je suis un ami des États-Unis, je l'ai toujours été. Mais, enfin, être un ami des États-Unis d'Amérique, ça veut pas dire que les États-Unis doivent négocier pour nous tous les sujets en fonction de leurs propres intérêts», a-t-il souligné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer