Nucléaire iranien: Obama défend l'entente et réitère son soutien à Israël

Le président américain s'est dit préoccupé par le... (Photo Pablo Martinez Monsivais, AP)

Agrandir

Le président américain s'est dit préoccupé par le fait que les négociations concernant le nucléaire iranien aient provoqué des tensions entre son pays et Israël.

Photo Pablo Martinez Monsivais, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Sur le même thème

Agence France-Presse

Le président américain Barack Obama défend l'accord préliminaire sur le nucléaire iranien conclu la semaine dernière, estimant qu'il s'agit d'une occasion unique d'empêcher la création d'une bombe atomique par l'Iran et de pouvoir établir une paix durable au Moyen-Orient. Il insiste également sur le fait que les États-Unis continueront de défendre Israël.

Les six pays qui participent aux négociations - les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, la Russie et la Chine - et l'Iran ont signé une entente-cadre jeudi, à Lausanne, en Suisse, visant à freiner la production d'énergie nucléaire dans la République islamique pour au moins une dizaine d'années. En échange, les six puissances lèveront graduellement les sanctions contre l'Iran. L'entente doit être entérinée dans sa version finale le 30 juin.

Dans une entrevue au New York Times publiée au cours du week-end, le président Obama a soutenu que les risques contenus dans un tel accord sont de loin compensés par les gains potentiels, tout en soulignant que les États-Unis ont un pouvoir militaire de loin supérieur à celui de l'Iran.

M. Obama a aussi déclaré que les États-Unis allaient s'assurer que l'accord ne menace pas la supériorité militaire israélienne.

L'idée que l'Iran ne puisse être dissuadé de poursuivre ses recherches en vue de mettre au point une bombe atomique «n'est simplement pas vraie», a assuré le président au journaliste Thomas Friedman.

«C'est à nous de dire "essayons", tout en comprenant que nous devons conserver toutes nos options, car nous ne sommes pas naïfs, mais si nous arrivons à résoudre ces questions de manière diplomatique, nous avons plus de chances d'être en sécurité, d'être protégés et de protéger nos alliés», a-t-il expliqué.

Barack Obama a ajouté qu'il était «totalement engagé» à veiller à ce qu'Israël conserve «sa supériorité militaire». Il a aussi tenu à préciser que «si Israël était la cible d'attaques de n'importe quel pays, les États-Unis seront à ses côtés».

Le président américain s'est dit préoccupé par le fait que les négociations concernant le nucléaire iranien aient provoqué des tensions entre son pays et Israël. Il a assuré qu'il se sentait personnellement attaqué quand il était accusé d'être anti-Israël.

«Une partie de ce qui a toujours rendu les relations entre les États-Unis et Israël si particulières est qu'elles ont transcendé les parties, et je crois que cela doit être préservé, a-t-il détaillé. Je n'ai pas la possibilité de ne pas être d'accord avec une politique de colonisation, par exemple, sans être vu comme... m'opposant à Israël.»

«Cela a été une période difficile», a admis Barack Obama.

Israël prévoit de son côté mener une campagne internationale contre l'entente-cadre sur le nucléaire iranien. Les autorités du pays ont déjà commencé à dresser une liste d'arguments visant à la discréditer.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer