Nucléaire: le «dénouement» approche

Les grandes puissances et l'Iran se préparent à... (Photo Brendan Smialowski, AFP)

Agrandir

Les grandes puissances et l'Iran se préparent à un week-end de discussions acharnées pour arracher un compromis avant le 31 mars.

Photo Brendan Smialowski, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Cécile FEUILLATRE, Siavosh GHAZI
Agence France-Presse
LAUSANNE

La chef de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, se rend à Lausanne dès samedi pour participer aux négociations sur le nucléaire iranien, ont annoncé ses services dans un communiqué.

Par AFP - La frénésie diplomatique s'est emparée samedi de Lausanne, où les grandes puissances et l'Iran ont entamé un week-end d'intenses discussions pour arracher un compromis historique sur le nucléaire, le chef de la diplomatie iranienne se montrant optimiste à trois jours de la date butoir.

Dans un de ces brusques changements de tonalité qui marquent le feuilleton des négociations sur le nucléaire iranien, Mohammad Javad Zarif a jugé possible que «tous les problèmes puissent être résolus».

La veille, les négociateurs occidentaux et iraniens faisaient état de discussions très «difficiles» et de nombreux points de blocage.

«Je pense que nous avons fait des progrès», a déclaré samedi M. Zarif, tout en exhortant ses partenaires occidentaux à «prendre des décisions».

«Nous avançons et je pense que nous pouvons faire les progrès nécessaires pour résoudre toutes les questions et commencer la rédaction d'un texte qui deviendra un accord final», a-t-il affirmé, après s'être entretenu séparément avec ses homologues allemands Frank Walter Steinmeier et français Laurent Fabius.

Ce dernier ne s'est pas montré aussi optimiste, se contentant de répondre «on travaille» et «on essaye d'avancer» aux journalistes qui le pressaient de questions après sa rencontre avec l'Iranien.

Les pays du P5+1 (États-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine et Allemagne) et l'Iran sont censés aboutir d'ici mardi à une entente de principe sur le nucléaire iranien.

La difficulté est à la hauteur de l'enjeu: résoudre une crise qui empoisonne les relations internationales depuis 12 ans, et concrétiser un énorme travail de négociations entamé il y a un an et demi entre Téhéran et les pays du P5+1.

«Le dénouement commence»

«Je peux seulement espérer qu'au regard de ce qui a été fait au cours des douze derniers mois, les efforts pour (parvenir) à un accord final ne seront pas abandonnés», a lancé le chef de la diplomatie allemande Frank Walter Steinmeier à son arrivée.

«Le dénouement commence», a-t-il dit, estimant que, comme pour un sommet de montagne, «les derniers mètres étaient les plus difficiles et les plus décisifs».

Dans la matinée, Laurent Fabius avait été le premier ministre européen à rallier les pourparlers, menés par le secrétaire d'État américain John Kerry et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, qui négocient depuis deux jours sur les bords du lac Léman.

Réputé comme l'un des négociateurs les plus intransigeants, au risque parfois d'irriter ses partenaires du P5+1, M. Fabius a répété qu'il venait avec le souhait d'avancer vers «un accord robuste»

«L'Iran a droit au nucléaire civil, mais en ce qui concerne la bombe atomique, c'est non», a-t-il dit, reprenant sa formule favorite pour souligner l'enjeu d'un accord.

La chef de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, doit se joindre aux pourparlers dans la soirée.

Les chefs de la diplomatie chinoise, russe et britannique, sont attendus dimanche à Lausanne, même si la venue des deux derniers n'a pas encore été officiellement annoncée.

Négociations matin, midi et soir

L'objectif de l'accord recherché depuis un an et demi est de s'assurer que l'Iran ne cherchera pas à se doter de la bombe atomique, en échange d'une levée des sanctions internationales qui asphyxient son économie.

Les négociateurs se sont donné jusqu'au 31 mars pour parvenir au minimum à une entente de principe (le texte agréé, énumérant une série de paramètres sur des sujets comme l'enrichissement d'uranium, les sanctions, la recherche et le développement, ne serait pas forcément rendu public, selon des diplomates), avant de finaliser tous les détails techniques pour aboutir à un accord final avant le 30 juin.

«Les négociations sont difficiles et il y a des désaccords. Nous tentons de les résoudre», avait déclaré vendredi M. Zarif, tandis que, depuis Washington et Berlin, le président américain Barack Obama et la chancelière allemande Angela Merkel ont exhorté Téhéran à prendre les «décisions nécessaires» pour «résoudre les problèmes qui demeurent».

À une journaliste qui demandait samedi matin à MM. Kerry et Zarif s'ils s'attendaient à une bonne journée, le premier a souri: «Nous nous attendons à une soirée aujourd'hui», tandis que son homologue iranien ajoutait: «soirée, nuit, minuit, matin»...

La levée des sanctions et la question de la recherche et du développement dans le domaine nucléaire sont les deux principaux sujets qui posent encore problème, ont affirmé séparément des diplomates iraniens et occidentaux.

L'Iran demande la levée de toutes les sanctions internationales, particulièrement les mesures onusiennes, alors que pour les pays occidentaux cette levée ne peut être que graduelle.

Téhéran insiste également pour pouvoir faire de la recherche et du développement notamment afin d'utiliser à terme des centrifugeuses plus modernes et plus puissantes pour enrichir l'uranium. Mais les pays occidentaux et Israël estiment que le développement à terme de telles centrifugeuses permettra à l'Iran de réduire le «breakout», temps nécessaire pour avoir suffisamment d'uranium enrichi pour fabriquer une bombe atomique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer