Bernie Sanders offre de travailler avec Donald Trump

Bernie Sanders... (PHOTO Carlos Delgado, AP)

Agrandir

Bernie Sanders

PHOTO Carlos Delgado, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le candidat défait à la primaire démocrate américaine Bernie Sanders, qui avait galvanisé des foules de jeunes en appelant à une «révolution politique», a affirmé mercredi être prêt à travailler avec le nouveau président élu Donald Trump s'il compte vraiment «améliorer la vie des familles de travailleurs».

«Donald Trump a exploité la colère d'une classe moyenne en déclin qui n'en peut plus de l'establishment économique, de l'establishment politique et de l'establishment des médias», a ajouté Bernie Sanders dans un communiqué, au lendemain de la victoire-choc du candidat républicain à la Maison-Blanche.

«Si M. Trump entend vraiment mener des politiques visant à améliorer les vies des familles de travailleurs dans ce pays, moi ainsi que d'autres progressistes sommes prêts à travailler avec lui», a souligné le sénateur indépendant de 75 ans.

«S'il entend mener des politiques racistes, sexistes, xénophobes et contre l'environnement, nous nous opposerons vigoureusement à lui», a-t-il toutefois également mis en garde.

«Les gens en ont marre de travailler plus pour gagner moins, de voir des emplois honorables partir en Chine et d'autres pays aux bas salaires, que les milliardaires ne payent pas leurs impôts fédéraux et de ne pas pouvoir payer l'éducation supérieure de leurs enfants, tout ça pour que les très riches deviennent encore plus riches», écrit-il.

Lors du premier débat présidentiel, Donald Trump avait déclaré que payer moins d'impôts était une preuve d'intelligence.

Avocat tenace d'une «révolution politique», dénonçant le pouvoir de la finance et des élites, Bernie Sanders avait crée la surprise lors des primaires démocrates, compliquant pendant de longs mois la nomination de sa rivale Hillary Clinton. Il avait surtout été plébiscité par les jeunes, recueillant jusqu'à 80 % de leurs voix dans certains États, en plaidant notamment pour une université publique gratuite et une assurance maladie universelle.

Reconnaissant sa défaite après cette rude bataille, Bernie Sanders avait appelé en juillet ses partisans à se ranger derrière Hillary Clinton contre Donald Trump, le «démagogue».

Autre voix puissante de l'aile gauche des démocrates, la sénatrice Elizabeth Warren s'est dite «frustrée» mercredi de voir les démocrates perdre ces élections. «Le président élu Donald Trump a promis de reconstruire notre économie pour les travailleurs, et j'offre de mettre de côté nos différends et de travailler avec lui à cet objectif», a-t-elle toutefois poursuivi dans un communiqué au Boston Globe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer