Le PDG d'Apple a été envisagé comme vice-président de Clinton

Le patron d'Apple, Tim Cook.... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Le patron d'Apple, Tim Cook.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Andrew Taylor
Associated Press
Washington

Qu'ont en commun le richissime philanthrope Bill Gates, l'ex-maire de New York Michael Bloomberg, le directeur général d'Apple, Tim Cook, et le sénateur du Vermont Bernie Sanders? Ils ont tous figuré sur la liste de candidats envisagés comme colistiers de Hillary Clinton.

La liste en question figure dans des courriels dévoilés par WikiLeaks mardi et issus de la boîte courriel piratée du président de la campagne de Mme Clinton, John Podesta.

L'ancien rival de Hillary Clinton aux primaires démocrates, Bernie Sanders, se retrouve à la toute fin de la liste envoyée en mars dernier à l'actuelle candidate à la présidence.

Les potentiels vice-présidents avaient été regroupés suivant différentes catégories, notamment les Noirs, les femmes et les Hispaniques.

Ainsi, le secrétaire au Logement et au Développement urbain, Julian Castro, et le secrétaire au Travail, Tom Perez, se sont retrouvés dans cette dernière catégorie.

Parmi les Afro-Américains considérés se trouvaient l'ancien procureur général Eric Holder, l'ex-gouverneur du Massachusetts Deval Patrick et le sénateur du New Jersey Cory Booker.

Sans surprise, les candidatures de la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren et du sénateur de la Virginie Tim Kaine ont également été envisagées. Ce dernier a finalement été choisi comme colistier.

En plus d'Elizabeth Warren, les sénatrices Kirsten Gillibrand, Amy Klobuchar, Claire McCaskill et Tammy Baldwin complétaient la catégorie des femmes en lice.

Le célèbre couple formé de Bill et Melinda Gates s'est pour sa part retrouvé dans un regroupement de candidatures dites «non conventionnelles». L'ex-maire de New York Michael Bloomberg, le patron d'Apple Tim Cook et le président des chaînes de cafés Starbucks, Howard Schultz, y figuraient aussi.

Certains autres échanges de courriels rendus publics par WikiLeaks témoignent de dissensions à l'intérieur des rangs des démocrates. Dans l'un d'entre eux, Hillary Clinton et Robby Mook déplorent que l'ex-présidente du Comité national démocrate, Debbie Wasserman Schultz, ait engagé un nouveau directeur pour la convention du parti sans avoir consulté l'équipe de campagne de Mme Clinton et la Maison-Blanche.

Mme Wasserman Schultz a démissionné en juillet, avant la convention démocrate, alors qu'elle était éclaboussée par la diffusion de courriels peu flatteurs à l'égard de Bernie Sanders.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer