Obama fustige les propos «avilissants» de Trump sur les femmes

Les remarques sexistes du candidat républicain Donald Trump,... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Les remarques sexistes du candidat républicain Donald Trump, révélées vendredi dans une vidéo, ont déclenché une tempête politique.

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le président américain Barack Obama a dénoncé dimanche les propos «avilissants» sur les femmes prononcés par Donald Trump en 2005 et révélés vendredi dans une vidéo qui a mis le candidat républicain à la Maison-Blanche dans la tourmente.

» Clavardage: dès 21h, suivez EN DIRECT le deuxième débat Clinton-Trump sur LaPresse.ca

«Allons-nous vraiment prendre le risque de donner à Donald Trump le pouvoir de revenir sur tous les progrès que nous avons accomplis?», a demandé M. Obama lors d'une réunion de collecte de fonds à Chicago pour une candidate démocrate au Sénat dans l'État de l'Illinois.

«L'une des choses les plus perturbantes de cette élection est le langage incroyable du candidat républicain. Je n'ai pas besoin de le répéter. Il y a des enfants dans la pièce... Avilir les femmes, mais aussi les minorités, les immigrés, les gens d'autres religions, se moquer des handicapés, insulter nos soldats et nos anciens combattants... Il manque tellement de confiance en lui qu'il rabaisse les autres pour se donner de l'importance. Ce n'est pas un trait de caractère que je recommanderais pour le Bureau ovale», a lâché le président américain.

Donald Trump a rendez-vous dimanche soir à Saint-Louis pour son deuxième débat avec la démocrate Hillary Clinton.

Déferlante de réactions de femmes

Les remarques sexistes du candidat républicain Donald Trump, révélées vendredi dans une vidéo, ont déclenché une tempête politique, mais aussi une avalanche de réactions de femmes qui, sur les réseaux sociaux, racontent leurs «premières agressions» par des hommes.

«Femmes, tweetez-moi vos premières agressions. Ce ne sont pas que des statistiques. Je commence moi-même: un vieil homme dans le bus m'attrape la "chatte" et me sourit, j'ai 12 ans».

Cet appel de l'écrivaine canadienne Kelly Oxford sur Twitter a suscité pendant le week-end, selon elle, un nombre totalement inattendu de réponses sous forme de tweets contenant chacun un bref témoignage.

L'écrivaine et scénariste canadienne de 39 ans, très active sur les réseaux sociaux, a lancé son premier tweet quelques heures après la publication par le Washington Post de la vidéo de Donald Trump. Elle y emploie à dessein le même mot que celui utilisé par le candidat républicain pour évoquer le sexe féminin.

«Quand t'es une star, elles te laissent faire. Tu peux tout faire. Les choper par la chatte», dit notamment Donald Trump à un animateur de télévision après une émission, alors que les micros sont restés ouverts.

La vidéo date de 2005 et a précipité dans la crise la campagne de Donald Trump pour l'élection présidentielle du 8 novembre aux États-Unis.

Kelly Oxford dit avoir reçu jusqu'à 50 réponses à son appel pendant le week-end. Beaucoup de messages portent le mot-clé #notokay (pas d'accord) et témoignent, dans plusieurs langues, d'une «culture du viol» dont les femmes sont les victimes.

Victimes de leurs professeurs lorsqu'elles étaient enfants ou adolescentes, de leur meilleur ami, de connaissances de leurs parents ou simplement d'anonymes dans la rue ou les transports, elles racontent en quelques mots cette première agression.

«9 ans, cabinet du médecin. 1er examen gynéco. Adulte, j'ai compris qu'il m'avait agressée la première fois. Ne vois plus de médecins hommes».

«J'ai 4 ans, peut-être 5 ans, il est mon instituteur de maternelle».

«Premier baiser avec un garçon, il me met son doigt. J'avais 14 ans, lui 18».

«Dans le garage à une soirée amicale (18 ans) et à l'arrière de la voiture d'un garçon (17 ans)».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer