Hillary Clinton et Donald Trump s'accusent mutuellement de racisme

Donald Trump tente notamment d'élargir sa base électorale... (Photo Gerald Herbert, AP)

Agrandir

Donald Trump tente notamment d'élargir sa base électorale auprès de la communauté noire. Sur la photo, une rencontre où était invité entre autres Ben Carson (à gauche), jeudi à la Trump Tower, à New York.

Photo Gerald Herbert, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Ivan Couronne
Agence France-Presse
WASHINGTON

Hillary Clinton a accusé jeudi Donald Trump, son adversaire de l'élection présidentielle américaine de novembre, d'attiser les flammes du racisme aux États-Unis. Le républicain a répliqué en affirmant que la démocrate avait trahi la communauté noire, bloquée dans la pauvreté.

L'escalade verbale entre la démocrate et le républicain a atteint un nouveau sommet par rassemblements interposés, alors que le milliardaire populiste tente de relancer sa campagne.

«Hillary Clinton va essayer de m'accuser, ainsi que les millions d'Américains qui me soutiennent, d'être racistes», a déclaré Donald Trump à Manchester, dans le New Hampshire.

«Toutes les politiques soutenues par Hillary Clinton ont déçu et trahi les communautés de couleur de ce pays», a-t-il expliqué. Selon lui, la démocrate veut ouvrir les frontières, ce qui «viole les droits civiques des Noirs américains en donnant leurs emplois à des clandestins».

«Si vous voulez des frontières renforcées pour que les gens puissent venir dans notre pays seulement de façon légale, cela ne fait pas de vous un raciste», a poursuivi le milliardaire new-yorkais de 70 ans.

Le «nouveau» Trump, lancé la semaine dernière, envoie des messages contradictoires.

D'une part, il a remanié son équipe et choisi comme directeur général le patron du virulent site conservateur Breitbart, présageant un brutal virage à droite.

Mais d'autre part, cédant aux pressions de son parti, le candidat utilise désormais un télésouffleur. Plus discipliné, il concentre ses prises de parole sur Hillary Clinton et des accusations de corruption via la Fondation Clinton. Il tente aussi d'élargir sa base électorale vers la communauté noire.

Quant à l'immigration, son fonds de commerce, il souffle le chaud et le froid.

Mardi et mercredi, il avait laissé entendre lors d'émissions sur Fox News qu'il n'était plus favorable à l'expulsion de la totalité des 11 millions de sans-papiers présents aux États-Unis, évoquant un «assouplissement», ce qui romprait avec une promesse de campagne emblématique.

Mais il a repris un ton plus dur jeudi, assurant à ses partisans que le mur à la frontière sud des États-Unis serait construit «à 100 %» et que le Mexique paierait la facture. Puis il a dit dans une interview à CNN qu'il n'accorderait jamais la citoyenneté aux sans-papiers qui resteraient ici.

«Il n'y a aucune régularisation à moins qu'ils ne quittent le pays et reviennent», a-t-il dit.

Ces différentes pièces de puzzle pourraient coexister dans une même réforme migratoire, mais le candidat n'a toujours pas présenté de projet complet. Le seul document programmatique publié par son équipe date d'août 2015.

«Théories du complot»

Plutôt que de répondre directement aux accusations de racisme, Hillary Clinton s'est évertuée à prouver aux Américains que Donald Trump n'avait pas changé, résumant sa candidature en deux mots: «préjugés et paranoïa».

Dans un discours à Reno, dans le Nevada, elle a accusé le républicain de s'associer à la «droite alternative» («alt-right», en anglais), une mouvance d'extrême droite nationaliste et raciste qui répand sur internet de multiples théories du complot.

Elle en a vu pour preuve supplémentaire la présence de l'ex-dirigeant du parti britannique europhobe Nigel Farage la veille à un rassemblement du républicain dans le Mississippi (sud).

«Un homme avec une longue histoire de discrimination raciale, amateur de sombres théories du complot tirées des pages de tabloïdes de supermarché et des confins d'internet, ne devrait jamais pouvoir diriger notre gouvernement ou commander nos armées», a-t-elle dit, déterrant des affaires de discrimination raciale lorsque le jeune Trump louait des appartements à New York, ou lorsque ses casinos étaient accusés de refuser des croupiers noirs.

«Il a promu le mensonge raciste selon lequel le président Obama ne serait pas vraiment un citoyen américain», a-t-elle rappelé. Puis elle a énuméré les controverses, citant le retweet par Donald Trump d'un compte prônant la suprématie des Blancs, ou son refus de désavouer le soutien d'un ancien chef du Ku Klux Klan. Et dénoncé son approbation de diverses théories du complot, notamment sur sa santé à elle, qui va bientôt avoir 69 ans.

«Tout ce que je peux répondre, Donald, c'est que tu peux rêver», a-t-elle ironisé.

«Et au fait, le Mexique ne paiera pas son mur», a-t-elle ajouté.

À onze semaines du scrutin, la candidate démocrate maintient une avance confortable dans les sondages. Une nouvelle étude Quinnipiac la créditait jeudi de 51 % des intentions de vote, contre 41 % pour Donald Trump.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer