Les campagnes Clinton et Trump utilisent Pokémon Go

Une feme joue à Pokémon Go à Lafayette... (PHOTO AFP)

Agrandir

Une feme joue à Pokémon Go à Lafayette Park, à Washington, près de la Maison-Blanche.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
Los Angeles

Les équipes de campagne d'Hillary Clinton et de Donald Trump utilisent le jeu vidéo Pokémon Go, véritable phénomène mondial, pour tenter de séduire de nouveaux électeurs, en particulier les plus jeunes, ou pour diffuser leurs messages.

«Ces deux joueurs de Pokémon viennent de s'enregistrer pour voter», a tweeté récemment Joe Makielski, l'un des responsables du parti démocrate dans le Colorado, en postant la photo de deux jeunes hommes.

La candidate démocrate Hillary Clinton a déclaré la semaine dernière dans un discours que son équipe et elle-même voulaient profiter de la popularité du jeu pour aller à la pêche aux électeurs.

«Je ne sais pas qui a créé Pokémon Go, mais j'essaie de voir comment on peut (l'utiliser pour amener les joueurs de) Pokémon dans les bureaux de vote», avait-elle lancé.

Le jeu pour téléphones portables, créé par Niantic Labs en partenariat avec Nintendo et sa filiale The Pokemon Company, incite les gens à partir à la recherche de personnages virtuels disséminés dans des espaces publics bien réels.

L'application, téléchargée plus de 75 millions de fois, est très prisée du jeune public et permet de localiser d'autres joueurs.

La campagne Clinton envoie donc des membres de son équipe arpenter rues, parcs et autres lieux publics à la recherche de ces accros. Leur mission: les détourner quelques minutes de leur téléphone et de leur traque aux Pokémon pour les aider à s'enregistrer sur les listes électorales.

Les partisans d'Hillary Clinton espèrent ainsi séduire de jeunes électeurs en vue du scrutin du 8 novembre, comme les équipes du président Barack Obama avaient réussi à le faire en mettant à profit les réseaux sociaux en 2008 et 2012.

Ils ont notamment organisé mi-juillet un événement intitulé «Il faut tous les attraper» à Lakewood dans l'Ohio, donnant rendez-vous à un point de ravitaillement du jeu et à «faire des batailles» de Pokémon Go tout en «aidant à inscrire des électeurs» sur les listes.

L'équipe de Donald Trump n'est pas en reste. La Trump Tower de New York est une destination populaire pour les joueurs de Pokémon Go et, la semaine dernière, l'équipe de campagne a posté une vidéo parodiant sa rivale en monstre Pokémon avec pour titre: «Non à Hillary la crapule».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer