Bond des ventes du texte de la Constitution après la polémique autour de Trump

Khizr Khan a brandi une copie de la... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Khizr Khan a brandi une copie de la constituion américaine lors d'une intervention au dernier jour de la convention démocrate.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
NEW YORK

Les ventes du texte de la Constitution américaine se sont envolées aux États-Unis, portées par une polémique autour du candidat républicain Donald Trump, accusé par le père d'un soldat décédé de ne pas avoir lu le texte fondateur.

Lundi, la Constitution en format de poche pointait au deuxième rang des ventes de livres sur le site Amazon, toutes catégories confondues, derrière la nouvelle pièce « Harry Potter et l'enfant maudit ».

Lors d'une intervention au dernier jour de la convention d'investiture démocrate, jeudi, Khizr Khan, père du capitaine Humayun Khan, mort au combat en 2004 en Irak, a sévèrement mis en cause Donald Trump.

« Avez-vous lu la Constitution des États-Unis ? », a demandé Khizr Khan à l'adresse du candidat républicain. « Je vous prête volontiers mon exemplaire », a proposé, en signe de provocation, cet avocat né au Pakistan.

Habitué, voire friand, des polémiques et des joutes verbales, Donald Trump a répondu à Khizr Khan, l'accusant de l'avoir attaqué « vicieusement ».

Il a également laissé entendre que la mère du soldat, Ghazala Khan, ne s'était pas exprimée lors de son passage à la tribune démocrate au côté de son mari parce que sa religion, l'islam, imposerait le silence aux femmes.

Mme Khan a répondu, dans une tribune publiée dimanche par le « Washington Post », que son mari lui avait demandé si elle souhaitait s'exprimer, mais que, prise par l'émotion, elle avait décliné la proposition.

« Quand Donald Trump parle de l'islam, il est ignorant », a-t-elle écrit.

« Il ne s'agit pas de M. Khan, qui donne des interviews un peu partout, mais plutôt du terrorisme islamique radical et des États-Unis. Réfléchissez ! », a encore twitté lundi Donald Trump.

Les commentaires du candidat lui ont valu un déluge de critiques, y compris venant du camp républicain.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer