Trump remet en question la défense systématique des alliés de l'OTAN

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg, à... (photo Francois Lenoir, archives REUTERS)

Agrandir

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg, à Bruxelles, le 13 juillet.

photo Francois Lenoir, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
Cleveland

Donald Trump a de nouveau affirmé que, s'il devenait président, une intervention américaine pour aider un pays de l'OTAN en danger n'irait pas de soi, et que le coût de l'Alliance devait être mieux partagé, dans une interview au New York Times.

Alors que les pays baltes sont inquiets face à l'évolution de l'attitude russe, M. Trump a expliqué, dans cette interview publiée mercredi soir par le journal américain, que, si la Russie les attaquait, il déciderait de faire intervenir les États-Unis seulement après avoir vérifié que ces pays « ont bien respecté leurs obligations vis-à-vis de nous. »

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

« S'ils ont bien respecté leurs obligations vis-à-vis de nous, alors oui », les États-Unis interviendront, a-t-il déclaré, sans cependant préciser en quoi consistaient ces « obligations ».

Un des principes de base de l'OTAN est l'article 5 du Traité, qui prévoit qu'une attaque contre l'un des membres est une attaque sur l'ensemble des alliés - un point que les États-Unis ont fait valoir après les attentats du 11 septembre 2001, et qui a justifié l'intervention de l'OTAN en Afghanistan.

M. Trump a toutefois redit, au cours de l'interview, qu'il comptait bien forcer les alliés à assumer leur part du coût de l'OTAN, supporté principalement par les États-Unis depuis des décennies.

Les alliés devront s'adapter à la nouvelle approche américaine, a-t-il ajouté. « Je préférerais pouvoir continuer » à respecter les alliances passées, mais pour cela, les alliés doivent cesser de profiter de la largesse des États-Unis, que ceux-ci ne peuvent plus se permettre.

Interrogé par ailleurs sur la Turquie, M. Trump a refusé de se prononcer sur la répression qui fait suite à la tentative de putsch de vendredi dernier.

« Je ne crois pas que nous ayons le droit de donner des leçons. Regardez ce qui se passe chez nous. Comment pouvons-nous donner des leçons alors que chez nous des gens tirent de sang-froid sur des policiers ? », a-t-il ajouté.

Le ministre canadien de la Défense déplore les propos de Trump

Le ministre de la Défense du Canada, Harjit Sajjan, a déploré, jeudi, les commentaires du candidat républicain Donald Trump quant au manque d'implication militaire, selon lui, de certains pays de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

Dans une entrevue accordée à La Presse canadienne, le ministre canadien de la Défense a toutefois défendu la contribution du pays au sein de l'organisation.

Il a notamment mentionné l'engagement récemment annoncé par le Canada d'envoyer des troupes en Lettonie. M Sajjan a par ailleurs évoqué la participation canadienne dans la lutte contre le groupe armé État islamique (ÉI).

L'engagement d'entraide entre les membres de l'OTAN est central à l'alliance, selon le ministre canadien, et a aidé à stabiliser l'Europe et d'autres parties du monde.

M. Sajjan a par ailleurs souligné que Donald Trump avait tenu ces propos dans un contexte de campagne électorale.

- AVEC LA PRESSE CANADIENNE, OTTAWA

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer