Cruz refuse d'être le «petit chien servile» de Trump

Le sénateur du Texas Ted Cruz lors de... (photo Carolyn Kaster, AP)

Agrandir

Le sénateur du Texas Ted Cruz lors de son discours à la convention républicaine de Cleveland, le 20 juillet.

photo Carolyn Kaster, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
Cleveland

Ted Cruz, qui a infligé un camouflet au candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump, lors de la convention républicaine de Cleveland mercredi soir, a justifié son action jeudi matin en déclarant: « Je n'ai pas l'habitude de soutenir les gens qui attaquent ma femme et mon père ».

Rompant avec l'esprit d'unité des autres orateurs présents à l'aréna Quicken Loans de Cleveland pour la convention républicaine, le sénateur du Texas a refusé à la tribune de se rallier au candidat, invitant les républicains à voter « selon leur conscience » en novembre, pour le candidat qui défendra le mieux les principes conservateurs. Il s'est fait huer par une partie des délégués, outrés par un tel affront.

Ce héros de la droite chrétienne, à qui l'on prête des ambitions pour la présidentielle de 2020, a défendu son coup d'éclat jeudi devant les délégués de son État.

Il a révélé avoir prévenu Donald Trump en avance, et refusé de dire s'il mettrait un bulletin Trump dans l'urne en novembre, insinuant que ses raisons étaient tant politiques que personnelles.

« Je n'ai pas l'habitude de soutenir les gens qui attaquent ma femme et mon père », a-t-il lâché en disant qu'il n'était pas un « petit chien servile » («servile puppy dog», NDLR).

Ted Cruz a fait allusion à l'un des moments les plus sombres des primaires, quand Donald Trump a retweeté une photo d'Heidi Cruz grimaçante, et insinué que le père du sénateur, Rafael, était lié à l'assassin de John F. Kennedy.

« Je l'ai laissé parler quand même. Pas grave ! » avait réagi Donald Trump sur Twitter.



Mais ses proches ont éreinté le Texan. Ted Cruz « a violé le contrat », a affirmé jeudi Paul Manafort, directeur de campagne de Donald Trump, en se référant à l'engagement des candidats aux primaires républicaines de soutenir in fine le vainqueur.

« Ça manquait de classe », a estimé Eric Trump, fils du candidat, sur CBS jeudi. « S'il vient à la convention, il doit apporter son soutien, sinon ce n'est pas la peine de venir ».

-Avec lapresse.ca

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer