Le port d'armes, défi de la convention républicaine

La convention républicaine se tiendra du 18 au... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

La convention républicaine se tiendra du 18 au 21 juillet à la Quicken Loans Arena, à Cleveland.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
Cleveland

Cleveland est fin prête en matière de sécurité pour la convention du parti républicain qui s'ouvre lundi, malgré le défi posé par le port d'arme, ont affirmé mercredi les autorités de la ville américaine, une semaine après la tuerie de Dallas.

Le maire de Cleveland Frank Jackson et le chef de la police Calvin Williams ont affirmé qu'ils respecteraient la loi de l'Ohio autorisant le port d'arme de manière visible, en dépit du risque d'avoir des militants armés aux abords du site de la convention, où Donald Trump doit être investi candidat à l'élection présidentielle.

La convention se tient du 18 au 21 juillet à la Quicken Loans Arena.

«Nous respecterons la loi, et la loi de l'État de l'Ohio c'est que nous pouvons porter une arme de manière visible», a déclaré M. Jackson lors d'un point presse.

MM. Jackson et Williams ont reconnu que ce port d'armes dans les espaces publics près de la convention compliquait le dispositif de sécurité dans la ville, mais que cette dernière était prête.

«Nous avons des techniques et des stratégies en place pour gérer cela», a indiqué le chef de la police, reconnaissant qu'il préfèrerait des lois qui interdisent le port d'armes près de ce genre d'événements.

La tâche est d'autant plus délicate pour les forces de l'ordre que la ville attend des milliers de manifestants anti-Trump, antiracistes, antinucléaires, militants des causes noires, mais aussi pro-Trump.

M. Williams a affirmé que des ajustements ont été opérés dans le dispositif prévu, après la tuerie de Dallas, où cinq policiers ont été abattus par un tueur isolé qui voulait venger les abus des forces de l'ordre contre les Noirs.

«Dallas a été un signal d'alarme pour beaucoup de gens», a estimé M. Williams. «Cela a forcé toutes les polices (...) à faire une sorte de pause, à regarder ce qu'on était en train de faire pour voir comment on le faisait afin de s'assurer qu'on avait tout fait pour qu'une situation comme celle (de Dallas) ne se reproduise pas».

À cinq jours du lancement de la convention, Cleveland était loin de ressembler à une ville bouclée. La zone de sécurité réservée aux délégués, aux invités, aux médias et au personnel autorisé était encore accessible au public mercredi, même si barrières et clôtures commençaient à être érigées le long des trottoirs.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer