Un jeune Britannique arrêté pour avoir voulu tuer Trump

Michael Sandford (que l'on voit ici lors de... (PHOTO John Locher, ARCHIVES AP)

Agrandir

Michael Sandford (que l'on voit ici lors de son arrestation) est actuellement détenu sans possibilité de libération sous caution, car il est considéré comme dangereux et présentant un risque d'évasion, a expliqué à l'AFP Natalie Collins, porte-parole du bureau du procureur.

PHOTO John Locher, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Jocelyne ZABLIT
Agence France-Presse
Los Angeles

Un Britannique de 19 ans a été inculpé lundi pour avoir tenté de tuer le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump, habitué des controverses, lors d'un de ses rassemblements ce week-end à Las Vegas, dans l'ouest des États-Unis.

Michael Sandford est actuellement détenu sans possibilité de libération sous caution, car il est considéré comme dangereux et présentant un risque d'évasion, a expliqué à l'AFP Natalie Collins, porte-parole du bureau du procureur.

Il a été formellement inculpé lundi et la prochaine audience dans cette affaire aura lieu le 5 juillet.

Si Michael Sandford est reconnu coupable d'« actes de violence sur un terrain privé », il risque plus de dix ans de prison et 250 000 dollars d'amende.

Un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a précisé que le consulat local « offrait son assistance après l'arrestation d'un citoyen britannique à Las Vegas », sans plus de précisions.

L'incident est survenu le 18 juin lors d'une réunion de Donald Trump au casino Treasure Island de Las Vegas, où Michael Sandford a tenté à deux mains de s'emparer de la crosse de l'arme d'un agent du Secret service avant d'être maîtrisé par les forces de l'ordre, selon une plainte déposée lundi au tribunal fédéral du Nevada.

« Sandford a révélé qu'il avait fait des plans pour venir à Las Vegas afin de tuer Trump », précise la plainte du gouvernement américain, qui cite en plaignant un agent du Secret Service, le service de protection du président américain et d'autres personnalités - y compris les candidats à l'élection présidentielle.

Un Britannique de 19 ans a été inculpé lundi pour avoir... (ARCHIVES REUTERS) - image 2.0

Agrandir

ARCHIVES REUTERS

« Depuis un an »

Le jeune homme a confié aux enquêteurs après son interpellation qu'il s'était rendu vendredi dans un stand de tir à Las Vegas pour apprendre à tirer avec une arme à feu, car il n'en avait jamais utilisée.

L'accusé a reconnu qu'il n'aurait probablement pas pu tirer plus d'une ou deux balles et s'est dit convaincu qu'il aurait été tué par les forces de l'ordre pendant sa tentative, précise la plainte.

Michael Sandford a également confié aux enquêteurs qu'il avait acheté un billet pour un autre rassemblement à Phoenix, en Arizona (sud-ouest), avec l'intention « d'essayer à nouveau de tuer (Donald) Trump » si son plan échouait à Las Vegas.

Le jeune homme, qui vit aux États-Unis depuis un an et demi, a vécu dans le New Jersey (est) avant de venir en Californie (ouest).

Il a affirmé aux enquêteurs que « s'il était remis dans la rue demain, il essaierait à nouveau », selon la plainte. Le jeune homme a précisé qu'il planifiait de tuer Trump « depuis un an ».

Michael Sandford s'est approché d'un agent du Secret Service, Ameel Jacob, affirmant vouloir « demander un autographe à Trump », puis a « tenté de saisir son arme ».

Le jeune homme a expliqué avoir choisi cet agent parce qu'il avait une arme en position déverrouillée.

Des porte-parole de Trump, qui vient de limoger son directeur de campagne, se sont refusés à tout commentaire et le magnat de l'immobilier est lui aussi resté silencieux jusqu'à présent sur l'incident.

En mars, un étudiant de 22 ans avait tenté de sauter sur la scène d'une réunion de campagne de Donald Trump pour, selon ce manifestant, dénoncer les propos racistes du milliardaire. Il avait été intercepté par des agents du Secret Service et poursuivi pour trouble à l'ordre public.

Les réunions de Donald Trump sont souvent émaillées d'incidents et provoquent des manifestations ponctuées de violences et d'arrestations.

Le candidat républicain a été accusé de générer des tensions, même s'il s'en défend, par une série de propos jugés hostiles aux Mexicains et aux musulmans.

D'après une enquête du site Politico, l'équipe de sécurité qui patrouille les rassemblements de Donald Trump a par moments « enflammé, au lieu d'atténuer, des tensions déjà fortes autour de sa campagne ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer