Clinton joue «la carte des femmes» et défend le droit à l'avortement contre Trump

Hillary Clinton a de son propre aveu joué... (PHOTO CHRIS KLEPONIS, AFP)

Agrandir

Hillary Clinton a de son propre aveu joué « la carte des femmes » dans un discours solennel et offensif devant le bras politique de la grande organisation américaine de planification familiale Planned Parenthood.

PHOTO CHRIS KLEPONIS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

La candidate démocrate à la Maison-Blanche Hillary Clinton a placé vendredi la défense intransigeante du droit à l'avortement au coeur de sa campagne, dépeignant son adversaire républicain Donald Trump comme un homme sexiste et ennemi des droits des femmes.

Hillary Clinton a de son propre aveu joué « la carte des femmes » dans un discours solennel et offensif devant le bras politique de la grande organisation américaine de planification familiale Planned Parenthood.

« Quand Donald Trump dit qu'il veut rendre à l'Amérique sa grandeur, c'est un langage codé pour dire : ramenons l'Amérique en arrière », a-t-elle lancé, « à une époque où l'avortement était illégal ».

« Il a dit que les femmes devaient être punies en cas d'avortement », a-t-elle rappelé, en relevant que devant le tollé, il avait corrigé le tir. « Il a traité des femmes de truies, de chiennes, d'animaux dégoûtants. Il semble difficile de compter sur lui pour respecter nos droits fondamentaux quand il dit que les femmes sont un problème pour les employeurs ».

« Si se battre pour l'égalité salariale, la planification familiale et le droit de prendre ses propres décisions de santé est jouer la carte des femmes... je prends la carte », a lancé Hillary Clinton, reprenant l'une de ses formules favorites.

Dans le style direct qu'elle a récemment adopté pour défier Donald Trump, qu'elle appelle simplement « Donald » pour diminuer sa stature, Hillary Clinton s'est portée garante des droits des femmes, évoquant son militantisme de longue date pour l'égalité homme/femme, depuis ses années de première dame jusqu'à ses fonctions de chef de la diplomatie, lors du premier mandat de Barack Obama.

Le contexte du discours, le premier depuis qu'elle a revendiqué la victoire aux primaires démocrates contre Bernie Sanders, est l'exceptionnelle impopularité du candidat républicain au sein de l'électorat féminin.

Elles sont 64 % à avoir une opinion défavorable de lui, selon un récent sondage Fox News (49 % pour Hillary Clinton). La moitié des femmes envisagent de voter pour Hillary Clinton, et 32 % pour Donald Trump.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer