Clinton doit choisir un colistier de gauche, prévient Sanders

Bernie Sanders a salué ses partisans lors d'un... (PHOTO MARK J. TERRILL, AP)

Agrandir

Bernie Sanders a salué ses partisans lors d'un rassemblement à Santa Maria, en Californie, le 28 mai.

PHOTO MARK J. TERRILL, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le rival démocrate d'Hillary Clinton pour la présidentielle américaine, Bernie Sanders, a averti dimanche qu'elle n'aurait pas le soutien de ses partisans si elle ne choisit pas un colistier marqué à gauche.

Hillary Clinton en campagne à Oakland, le 27 mai.... (PHOTO STEPHEN LAM, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

Hillary Clinton en campagne à Oakland, le 27 mai.

PHOTO STEPHEN LAM, REUTERS

« Cela veut dire avoir un candidat qui peut attirer les familles modestes, attirer les jeunes, pour les attirer dans le processus politique, provoquer une participation plus forte », a-t-il dit dans l'émission Meet the Press sur NBC.

Le sénateur du Vermont, 74 ans, n'est mathématiquement plus en position de décrocher l'investiture démocrate. Mais il continue à faire activement campagne, attirant un public enthousiaste, et à remporter des primaires dans les États.

Il a mobilisé de nombreux jeunes électeurs et des indépendants, des catégories d'électeurs qu'Hillary Clinton espère séduire d'ici l'élection en novembre.

Sanders était interrogé sur la possibilité que Mme Clinton choisisse comme colistier le sénateur démocrate de Virginie Tim Kaine, un ancien gouverneur qui avait aussi été considéré comme un possible colistier de Barack Obama en 2008.

« Je l'apprécie vraiment beaucoup », a déclaré Bernie Sanders, sans plus de commentaires.

Considéré comme un centriste chez les démocrates, Tim Kaine met aussi souvent l'action sur la nécessité de travailler avec les républicains pour négocier des accords pour faire avancer les choses au Congrès.

« Les habitants de Virginie veulent que nous dépassions les clivages partisans », avait-il expliqué au Washington Post en 2014. Le mieux est « d'afficher fièrement qui l'on est et ce que l'on est » pour ensuite « travailler ensemble » avec l'autre parti, avait-il expliqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer