Donald Trump pour un dialogue avec Kim Jong-un

«Je lui parlerais, je n'aurais aucun problème à... (PHOTOS ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«Je lui parlerais, je n'aurais aucun problème à lui parler», a déclaré Donald Trump au sujet de Kim Jong-un mardi lors d'un entretien avec l'agence Reuters.

PHOTOS ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le candidat républicain à la Maison-Blanche, Donald Trump, a affirmé qu'il rouvrirait le dialogue avec le dirigeant nord-coréen Kim Jung-un, ce qui marquerait un changement radical de diplomatie américaine.

«Je lui parlerais, je n'aurais aucun problème à lui parler», a-t-il déclaré mardi lors d'un entretien avec l'agence Reuters.

Les deux pays n'ont plus de relations diplomatiques officielles depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. Washington cherche depuis à isoler Pyongyang notamment par des sanctions économiques en réponse au programme nucléaire de la Corée du Nord qui de son côté multiplie les provocations et les menaces à son encontre.

«Je mettrais beaucoup la pression sur la Chine parce qu'économiquement nous avons énormément de pouvoir sur la Chine. Les gens ne savent pas cela», a-t-il ajouté, précisant que la Chine est le seul allié du régime de Pyongyang.

«Ils tirent de chez nous des milliards de dollars. Des milliards. Nous avons un immense pouvoir sur la Chine. La Chine peut régler ce problème (avec la Corée du Nord) par une rencontre ou par un coup de fil (...) parce qu'ils ont un pouvoir immense sur la Corée du Nord».

Lorsque le journaliste lui rappelle que la Corée du Nord possède l'arme nucléaire, l'homme d'affaires a répliqué: «Je le sais. La Chine aussi d'ailleurs».

Le républicain a également plaidé pour une renégociation de l'accord de Paris sur le climat affirmant ne pas en être «un grand partisan» et a désapprouvé le soutien de Vladimir Poutine aux rebelles de l'est de l'Ukraine.

L'accord de Paris prévoit la réduction des émissions de gaz carbonique pour plus de 170 pays, un accord trop favorable pour des pays comme la Chine et injuste pour les États-Unis, selon le candidat à la présidence américaine.

«Je regarderai cela de très très près et je renégocierai ces accords, au minimum. Au mieux, je pourrais tenter quelque chose d'autre», a-t-il ajouté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer