Sanders en appelle aux «superdélégués» démocrates pour battre Clinton

L'avance de Clinton est telle que pour la... (Photo Reuters)

Agrandir

L'avance de Clinton est telle que pour la rattraper, Bernie Sanders devrait non seulement la battre dans les primaires restantes mais faire changer d'avis la plupart de ces superdélégués.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Bernie Sanders, le rival de Hillary Clinton aux primaires démocrates pour la Maison-Blanche, a lancé un nouvel appel dimanche aux centaines de superdélégués qui pourraient en théorie faire basculer l'investiture de son côté.

«Il est quasiment impossible pour Mme Clinton d'atteindre la majorité des délégués avant le 14 juin, la fin des primaires, avec seulement les délégués engagés», a expliqué Bernie Sanders lors d'une conférence de presse à Washington.

Les délégués «engagés» sont ceux qui sont élus directement par les électeurs des primaires, tandis que les superdélégués, au nombre d'environ 700, sont des responsables et élus du parti démocrate qui auront le droit de vote à la convention nationale de Philadelphie, en juillet.

Hillary Clinton a une avance quasi-insurmontable sur Bernie Sanders en nombre de délégués, grâce à l'appui de plus de 500 superdélégués qui lui ont déclaré son allégeance.

L'avance de la favorite est telle que pour la rattraper, Bernie Sanders devrait non seulement la battre dans les primaires restantes mais faire changer d'avis la plupart de ces superdélégués.

«Elle aura besoin des superdélégués pour atteindre la majorité à la convention de Philadelphie. Autrement dit, la convention sera disputée», a-t-il cependant déclaré.

Le sénateur du Vermont se plaint que les superdélégués, issus d'États où il a remporté la consultation démocrate, comme ceux de Washington ou du New Hampshire par exemple, se soient rangés dans le camp Clinton au lieu de «respecter la volonté des électeurs».

Son argument, pour les convaincre, est que de nombreux sondages montrent qu'il battrait le républicain Donald Trump plus facilement que Hillary Clinton à la présidentielle de novembre.

«Chaque superdélégué doit réfléchir de façon objective pour déterminer quel candidat aura la meilleure chance de battre Donald Trump», a-t-il martelé.

Bernie Sanders, qui est en train de se séparer de centaines de salariés alors qu'il ne reste plus que dix scrutins jusqu'au 14 juin, a répété qu'il entendait remporter l'Indiana, mardi, ainsi que la Californie, qui votera le 7 juin.

«Que se passera-t-il si nous obtenons de très, très bons résultats dans les 10 derniers États, et si les sondages continuent de montrer que Bernie Sanders est le meilleur candidat pour affronter Donald Trump?», s'est-il demandé.

Avec ses victoires de mardi dernier, Hillary Clinton a 2.176 délégués (dont 510 superdélégués) et Bernie Sanders 1400 (dont 41 superdélégués), selon l'estimation de CNN. La majorité requise est de 2383, et il reste environ un millier de délégués à distribuer dans les épreuves restantes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer