D'anciens candidats de The Apprentice dénoncent Donald Trump

Tara Dowell, une ancienne candidate de l'émission, s'exprime... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

Tara Dowell, une ancienne candidate de l'émission, s'exprime durant la conférence de presse organisée par les anciens de The Apprentice, à New York, le 15 avril.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
NEW YORK

Plusieurs participants de l'émission qui avait fait de Donald Trump une vedette de la télé-réalité sont montés vendredi au créneau à New York, pour dénoncer le racisme et le sexisme du candidat républicain à la présidence américaine.

Randal Pinkett s'est par exemple dit reconnaissant des... (PHOTO DON EMMERT, AFP) - image 1.0

Agrandir

Randal Pinkett s'est par exemple dit reconnaissant des possibilités que leur avait offertes l'émission The Apprentice. Mais il a ajouté que c'était pour lui un «acte de patriotisme» de dénoncer le candidat Trump, quelques jours avant les élections primaires à New York.

PHOTO DON EMMERT, AFP

«Nous ne sommes pas là pour dénoncer Donald Trump l'homme, mais pour dénoncer le message du candidat Donald Trump (...) Nous dénonçons sa campagne sexiste, xénophobe, raciste, de violence et de haine», a déclaré lors d'une conférence de presse Randall Pinkett, entrepreneur qui avait gagné la saison 4 de l'émission The Apprentice.

«Ce n'est pas le moment de rester silencieux», a également déclaré Kwame Jackson, candidat de la première saison. Donald Trump «souffle sur les flammes de nos pires démons». «Il est de mon devoir de parler fort (...) au bord du précipice du fascisme», a-t-il ajouté, estimant que son ancien mentor n'avait «pas le tempérament, la sensibilité ou la diplomatie» nécessaires pour être président. Il «ne représente pas l'avenir d'une Amérique qui change», a-t-il poursuivi. Il «fait appel au plus petit dénominateur commun de la peur, du racisme et de la division».

Les quatre intervenants afro-américains, deux femmes, deux hommes, sur un groupe de sept personnes, ont souligné les qualités de l'homme d'affaires Donald Trump.

Randal Pinkett s'est par exemple dit reconnaissant des possibilités que leur avait offertes l'émission The Apprentice. Mais il a ajouté que c'était pour lui un «acte de patriotisme» de dénoncer le candidat Trump, quelques jours avant les élections primaires à New York.

Donald Trump, qui devrait facilement gagner la primaire républicaine, les a traités d'«ambitieux ratés, parmi des centaines de candidats», et a dénoncé leur «manque total de loyauté et d'honnêteté» dans un communiqué.

The Apprentice était une émission de télé-réalité jugeant les qualités des candidats aspirant à travailler pour Donald Trump. Ils passaient plusieurs épreuves, vivaient ensemble le temps de l'émission, et étaient éliminés les uns après les autres avec une phrase devenue célèbre: «vous êtes viré» (you're fired). Le gagnant recevait un contrat d'un an payé 250 000 $.

Elle a été animée par Donald Trump, ainsi que sa variante The Celebrity Apprentice de 2004 à 2015.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer