Report du procès d'un partisan de Donald Trump

John McGraw est apparu mercredi dans une salle... (PHOTO AP)

Agrandir

John McGraw est apparu mercredi dans une salle de cour à Cumberland, en Caroline-du-Nord.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
Miami

Le procès d'un Américain de 78 ans partisan de Donald Trump, qui avait agressé un opposant noir à l'occasion d'un meeting de campagne du candidat républicain en Caroline-du-Nord, a été reporté au mois de juillet, selon la presse locale mercredi.

Un juge du comté de Cumberland, Tal Baggett, a accepté la demande de report formulée par les avocats de John McGraw, selon le journal Fayetteville Observer.

Les défenseurs de M. McGraw ont fait valoir qu'ils avaient besoin de plus de temps pour préparer la défense de leur client. Une nouvelle audience a été programmée le 13 juillet.

L'homme de 78 ans est poursuivi pour avoir frappé au visage Rakeem Jones, un Noir de 26 ans, alors qu'il était escorté vers la sortie par des agents de sécurité lors d'un meeting de Donald Trump à Fayetteville le 9 mars.

Interrogé par des journalistes à la sortie de cette réunion électorale, John McGraw, chapeau de cow-boy sur la tête, avait affirmé que «la prochaine fois, il faudra peut-être le tuer».

Il est poursuivi pour agression, conduite inconvenante et menaces.

John McGraw et Rakeem Jones étaient tous deux présents à l'audience de mercredi mais aucun n'a parlé aux journalistes.

Le shérif local avait brièvement envisagé de poursuivre également Donald Trump dans cette affaire, pour incitation à la violence. Mais le milliardaire, en tête dans la course à la Maison-Blanche chez les républicains, avait finalement échappé aux poursuites.

Cinq adjoints du shérif ont par ailleurs été sanctionnés pour n'avoir pas réagi après l'agression de Rakeem Jones par M. McGraw.

Donald Trump avait dans un premier temps affirmé que ses collaborateurs «étudiaient la possibilité» de payer les frais d'avocat de John McGraw, mais le magnat de l'immobilier s'était ensuite dédit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer