«Donald Trump est un menteur compulsif»

Donald Trump échange avec les journalistes après avoir... (PHOTO CARLO ALLEGRI, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Donald Trump échange avec les journalistes après avoir reçu le soutien de son ancien rival, le neurochirurgien Ben Carson, à Palm Beach, en Floride, le 11 mars dernier.

PHOTO CARLO ALLEGRI, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Le Huffington Post a pris la décision inusitée d'accompagner chaque article traitant de Donald Trump d'une note de l'éditeur qui dépeint le candidat républicain sous un jour très défavorable.

Le Huffington Post accompagne chaque article traitant de... (IMAGE TIRÉE DE L’INTERNET) - image 1.0

Agrandir

Le Huffington Post accompagne chaque article traitant de Donald Trump d’une note de l’éditeur qui dépeint le candidat républicain sous un jour très défavorable.

IMAGE TIRÉE DE L’INTERNET

QUE DIT EXACTEMENT LE HUFFINGTON POST ?

Ce média s'est d'abord illustré, sur la scène médiatique américaine, en annonçant l'été dernier, au moment du lancement de la campagne de Donald Trump, que le sujet serait traité dans la section portant sur le divertissement parce qu'il s'agissait en quelque sorte d'un « spectacle secondaire ». L'organisation a dû réviser le tir à mesure qu'il progressait dans les sondages avant d'annoncer en décembre sa décision d'ajouter systématiquement à chaque article qui l'évoquerait une note de l'éditeur relevant que le candidat est un « menteur compulsif », « raciste » et « misogyne », qui a répété à plusieurs reprises son intention d'empêcher tout musulman de rentrer aux États-Unis.

POURQUOI UNE TELLE DÉCISION ?

L'éditrice du Huffington Post, Arianna Huffington, a expliqué en décembre sur son blogue que la campagne de Donald Trump ne la faisait plus rire et représentait désormais un « danger » pour la démocratie américaine. Les politiciens, dit-elle, acceptaient traditionnellement l'idée que les déclarations extrêmes et outrancières seraient contre-productives et refusaient, dans un accord tacite avec les médias, de s'engager sur cette voie. Les journalistes qui refusent de nommer les excès de Donald Trump pour ce qu'ils sont « contribuent à légitimer » sa pensée et repoussent les frontières de l'acceptable, a souligné Mme Huffington, en relevant qu'il était impératif dans le contexte de rappeler la nature exacte du candidat. Le responsable du bureau de Washington du Huffington Post, Ryan Grim, a indiqué hier en entrevue que l'inclusion d'une note de l'éditeur visait à souligner le fait que Donald Trump transgresse les « normes » démocratiques par ses propos. « Si on laisse ce genre de discours se normaliser, c'est difficile de revenir en arrière après », relève-t-il.

COMMENT L'INITIATIVE A-T-ELLE ÉTÉ REÇUE ?

Ryan Grim indique que la décision d'inclure systématiquement une note de l'éditeur traitant Donald Trump de « raciste » et de « menteur » suscite des réactions partagées. « Certaines personnes ne sont pas à l'aise avec ça et disent que ça entache la crédibilité de notre travail journalistique. D'autres sont très contentes de nous voir dire les choses aussi directement », relève-t-il. Le Huffington Post, souligne le journaliste, a la responsabilité de se montrer « honnête » avec ses lecteurs et de nommer les choses telles qu'il les voit. Libre aux lecteurs de décider ensuite, en toute connaissance de cause, ce qu'il faut penser du controversé candidat. L'ajout d'une note de l'éditeur est susceptible de plaire à Donald Trump lui-même et à ses partisans puisqu'il aime relayer l'idée que les médias sont ligués contre lui et « cherchent à le faire chuter », ajoute M. Grim.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer