Trump revient sur sa promesse de loyauté envers le Parti répulicain

«J'ai été traité de façon très injuste, par... (PHOTO CHARLES REX ARBOGAST, AP)

Agrandir

«J'ai été traité de façon très injuste, par le comité national républicain, le parti républicain, l'establishment», a déclaré M. Trump pour justifier sa position.

PHOTO CHARLES REX ARBOGAST, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le candidat aux primaires républicaines Donald Trump est une nouvelle fois revenu mardi sur son engagement de soutenir, en cas de défaite, le candidat qui remporterait l'investiture du parti, lors d'une émission sur CNN.

«Continuez-vous à le promettre, quel que soit le candidat républicain?», lui a demandé le journaliste de la chaîne.

«Non, plus maintenant», a répondu le milliardaire, favori des primaires. «Nous verrons qui ce sera».

«J'ai été traité de façon très injuste, par le comité national républicain, le parti républicain, l'establishment», a déclaré M. Trump pour justifier sa position.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

«Je verrai qui c'est, je ne cherche à blesser personne, j'aime le parti républicain», a-t-il encore dit.

M. Trump a assuré qu'il allait de toute façon gagner les primaires et affirmé qu'il n'avait pas besoin du soutien du sénateur Ted Cruz, le deuxième homme de la course, qui est récemment devenu ambigu sur son éventuel ralliement en cas de défaite.

Les relations entre les deux hommes sont au plus bas après une semaine nourrie d'invectives et de menaces très personnelles entre eux, leurs épouses ayant été impliquées dans la bataille, après une publicité mettant en scène une ancienne photo nue de Melania Trump, un ancien mannequin, et un retweet de Donald Trump d'une photo d'Heidi Cruz grimaçante et peu flatteuse.

La campagne des primaires avait commencé de façon spectaculaire par le refus de Donald Trump, lors du premier débat télévisé en août, de s'engager à soutenir le candidat qui remporterait les primaires et à ne pas se présenter à la présidentielle en candidat indépendant.

Il avait ensuite accepté de signer une sorte de «serment» avec le Parti républicain en septembre, mais s'en était déclaré libéré en février, s'estimant maltraité par le parti républicain. Lors d'un débat le 3 mars, il avait à nouveau changé d'avis et promis d'honorer le serment.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer