Obama dénonce le ton «vulgaire» de la campagne présidentielle

«Nous avons entendu des discours vulgaires et sources... (PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS)

Agrandir

«Nous avons entendu des discours vulgaires et sources de division qui visent les femmes, les minorités. [...] Le monde est attentif à ce que nous disons et à ce que nous faisons», a déclaré mardi Barack Obama lors d'une rencontre avec des élus du Congrès.

PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le président des États-Unis Barack Obama a dénoncé mardi, journée cruciale des primaires présidentielles, la tonalité «vulgaire» de la campagne, visant - sans le nommer - le milliardaire Donald Trump.

«Nous avons entendu des discours vulgaires et sources de division qui visent les femmes, les minorités», a déclaré M. Obama lors d'une rencontre avec des élus du Congrès, rappelant que ces propos avaient un impact bien au-delà des frontières des États-Unis.

«Qui sommes-nous ? Comment sommes-nous perçus à travers le monde ? Le monde est attentif à ce que nous disons et à ce que nous faisons», a-t-il souligné.

Donald Trump est accusé par ses adversaires, jusqu'au sein même du camp républicain, d'alimenter une atmosphère de plus en plus toxique autour de sa campagne après les tensions et violences ayant marqué plusieurs rassemblements ce week-end.

«Nous devons tous nous interroger sur ce que nous avons fait qui aurait pu contribuer à cette atmosphère malveillante dans notre monde politique», a poursuivi M. Obama. «Si certains ont une plus grande responsabilité que d'autres, il nous appartient à tous d'inverser la tendance».

«L'animosité engendre l'animosité», a-t-il mis en garde. «Il faut que cela cesse. Cela n'a rien à voir avec le politiquement correct, il s'agit d'un comportement corrosif qui peut affaiblir notre démocratie, notre société et même notre économie», a-t-il encore déclaré.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer