Rubio veut que ses partisans votent pour Kasich dans la primaire en Ohio

Le sénateur républicain de Floride, Marco Rubio... (AP, Paul Sancya)

Agrandir

Le sénateur républicain de Floride, Marco Rubio

AP, Paul Sancya

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine 2016. »

Steve Peoples, Julie Pace
Associated Press
Miami

Alors que le meneur de la course républicaine Donald Trump lance un message d'unité aux partisans, ses opposants prennent des mesures exceptionnelles pour l'empêcher de remporter des victoires aux importantes élections primaires prévues mardi, en Floride et en Ohio.

Le sénateur de la Floride et candidat à l'investiture Marco Rubio a incité ses sympathisants de l'Ohio à se ranger derrière son rival, le gouverneur de l'État, John Kasich.

Le porte-parole de M. Rubio, Alex Conant, a expliqué que M. Kasich était le seul à pouvoir battre Donald Trump dans cet État. En revanche, Marco Rubio espère s'emparer de tous les délégués de son État, mardi, puisqu'il est le seul à pouvoir bloquer la voie à M. Trump en Floride, a soutenu M. Conant.

Les sondages suggèrent que M. Kasich a de meilleures chances de remporter l'Ohio comparativement à celles de M. Rubio en Floride. Ces élections seront cruciales pour les deux candidats - et pour Ted Cruz - qui tentent de freiner Donald Trump dans son élan.

S'il remportait les deux États, M. Trump solidifierait considérablement son avance à l'investiture du Parti républicain.

Donald Trump s'est d'ailleurs attiré un nouvel appui important, vendredi. L'ex-candidat républicain Ben Carson a annoncé qu'il soutenait le magnat de l'immobilier dans la course.

Ces nouveaux développements sont survenus au lendemain d'un autre débat républicain, lors duquel les candidats sont restés étonnamment polis entre eux. Adoptant un ton plus conciliant, Donald Trump a demandé aux partisans de cesser leurs guerres intestines et de s'unir derrière lui.

Bien que le débat ait porté davantage sur les enjeux que sur les insultes, il est encore impossible de savoir si les trois rivaux de M. Trump ont réussi à gagner du terrain.

Mardi, 367 délégués seront en jeu lors des primaires, qui se dérouleront également dans les États de l'Illinois, du Missouri, de la Caroline du Nord, ainsi qu'aux îles Mariannes du Nord. Presque tous ces États détiennent un système qui permet à un candidat d'obtenir tous les délégués de l'État lorsqu'il reçoit la majorité simple des votes. La plupart du temps, les délégués sont distribués proportionnellement au pourcentage du vote.

Jusqu'à présent, Donald Trump a récolté 459 délégués, contre 360 pour M. Cruz, 152 pour M. Rubio et 54 pour M. Kasich. Un candidat doit recevoir l'appui de 1237 délégués pour remporter l'investiture.

Les candidats démocrates s'affronteront aussi mardi. Hillary Clinton tente de reprendre le dessus dans la course après que son rival, le sénateur du Vermont Bernie Sanders, a remporté une victoire surprenante au Michigan plus tôt cette semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer