Trump ajoute le Michigan et le Mississippi, Sanders surprend au Michigan

Donald Trump a fait des pas importants vers... (PHOTO LYNNE SLADKY, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Donald Trump a fait des pas importants vers l'investiture du Parti républicain en enlevant le Mississippi, un État du sud rural et le Michigan, un État du nord industriel lors des primaires de mardi.

PHOTO LYNNE SLADKY, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine 2016. »

Ivan Couronne
Agence France-Presse
Washington

Bernie Sanders a créé la surprise mardi en battant la démocrate Hillary Clinton dans l'État industriel du Michigan dans la course à l'investiture en vue de la présidentielle américaine, le Républicain Donald Trump confortant pour sa part son avance dans son camp en remportant trois victoires faciles.

Bernie Sanders a déjoué les sondages qui donnaient l'ex-secrétaire d'État largement favorite dans le Michigan, où est installée la capitale de l'industrie automobile américaine, Detroit.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Selon des résultats quasi complets, il y obtenait 50% des voix contre 48% pour Hillary Clinton.

«Cette nuit dans le Michigan a été fantastique», a déclaré le sénateur du Vermont, qui se présente comme démocrate socialiste. «Cela signifie que la révolution politique dont nous parlons reçoit un écho fort partout dans le pays», a-t-il encore dit.

Un tiers des votants du Michigan étaient syndiqués, selon les sondages de sortie des bureaux. Il a aussi obtenu un tiers des voix des Noirs, bien mieux que dans le Sud.

Ces résultats montrent que Bernie Sanders a une chance dans le reste du Midwest, comme l'Ohio qui votera mardi prochain.

Ses stratèges estiment que les meilleurs jours d'Hillary Clinton sont derrière elle et promettent de prolonger la course jusqu'aux dernières primaires, en juin, notamment en Californie.

L'autre primaire démocrate de la soirée, dans le Mississippi, a vu la victoire d'Hillary Clinton comme prévu. Elle a reçu 83% des voix contre 16%, selon des résultats partiels.

Elle a ainsi achevé de rafler l'ensemble des États du Sud historique, après la Louisiane, l'Arkansas, l'Alabama, la Géorgie... Le soutien de la communauté noire de cette région a été indéfectible pour l'ex-Première dame: neuf sur dix ont voté pour elle mardi.

Les délégués étant répartis à la proportionnelle, le bilan de la soirée était in fine favorable à Hillary Clinton en raison de son écrasante victoire dans le Mississippi.

À ce jour, l'ex-secrétaire d'État a remporté 13 consultations sur 22. Elle a désormais engrangé plus de la moitié des 2382 délégués nécessaires pour décrocher l'investiture à Philadelphie en juillet.

En réunion mardi, Hillary Clinton n'a pas évoqué les résultats de la soirée, préférant se projeter dans l'élection présidentielle de novembre.

«Être candidat à la présidence, ce n'est pas un concours d'insultes. C'est plutôt obtenir des résultats pour les Américains qui devrait nous occuper», a-t-elle déclaré à Cleveland, dans l'Ohio.

Elle retrouvera Bernie Sanders mercredi soir dans un nouveau débat à Miami.

Victoires faciles pour Trump

Donald Trump a pour sa part largement remporté le Mississippi, État conservateur du Sud, avec 47% des voix, selon des résultats quasi complets, devant le sénateur du Texas Ted Cruz (36%).

Il est aussi arrivé premier dans le Michigan, Etat industriel de la région des Grands Lacs, avec quelque 36% des voix, Ted Cruz et le gouverneur de l'Ohio voisin, John Kasich, se disputant la deuxième place.

Il a également remporté les caucus républicains à Hawaï, dans le Pacifique. «Merci Hawaï!», a tweeté le milliardaire.

Ted Cruz a renforcé son statut de deuxième homme en gagnant la primaire républicaine de l'Idaho, dans le nord-ouest.

Le sénateur de Floride Marco Rubio enregistrait de mauvais résultats, terminant bon dernier dans le Michigan et le Mississippi.

Ces victoires ont ragaillardi Donald Trump, qui s'est permis d'ironiser sur les millions de dollars dépensés par ses adversaires, lobbyistes et candidats, pour ternir sa réputation d'homme d'affaires dans une nouvelle vague de publicités télévisées.

«Tant de choses horribles ont été dites sur moi la semaine passée», a-t-il fanfaronné, depuis le golf Trump de Jupiter, en Floride, lors d'une conférence de presse. «Cela montre à quel point le public est intelligent, car il sait que tout n'est que mensonges».

«Les démocrates viennent à nous, les indépendants viennent à nous», a-t-il affirmé. «Les gens nous rejoignent alors qu'ils n'avaient jamais voté républicain».

Il a d'ailleurs fait la réclame pour certains des produits portant sa marque, évoquant ses vignobles et ses steaks, offrant même des bouteilles aux journalistes.

Au total, il a remporté 14 scrutins sur 23 tenus depuis le 1er février. Donald Trump avait accumulé avant mardi 384 délégués, contre 300 pour Ted Cruz, 151 pour Marco Rubio et 37 pour John Kasich. Il faudra 1237 pour décrocher l'investiture à la convention de Cleveland en juillet.

Le regard de Donald Trump est désormais fixé sur la Floride, qui votera mardi prochain avec d'autres grands États. Ce scrutin sera le vote de la dernière chance pour Marco Rubio, qui mise sa survie sur une victoire à domicile.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer