Trump trouve «ridicules» les comparaisons de son «serment» au salut nazi

À plusieurs rassemblements depuis une réunion électorale à... (PHOTO BRYNN ANDERSON, ARCHIVES AP)

Agrandir

À plusieurs rassemblements depuis une réunion électorale à Orlando en Floride samedi, le candidat a demandé à la foule de lever la main droite et de prêter serment de bien voter pour lui aux primaires.

PHOTO BRYNN ANDERSON, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le favori des primaires républicaines Donald Trump s'est dit abasourdi mardi que certains aient interprété le serment qu'il fait prêter à ses partisans comme un salut nazi.

«Je trouve ça ridicule», a-t-il dit au journaliste de NBC qui l'interrogeait mardi par téléphone. «Jusqu'à ce coup de téléphone, je ne savais pas que ça posait problème.»

«Tout le monde dans la salle lève sa main, on s'amuse», a dit Donald Trump.

À plusieurs rassemblements depuis une réunion électorale à Orlando en Floride samedi, le candidat a demandé à la foule de lever la main droite et de prêter serment de bien voter pour lui aux primaires.

Une photo de la scène publiée par une journaliste du Washington Post sur Twitter et prise depuis l'arrière de la salle avait suscité des comparaisons au salut nazi sur le réseau social, bien que les mains de la plupart des partisans soient clairement levées vers le plafond et non vers l'avant.



Beaucoup n'ont pas le bras tendu, et Donald Trump lui-même a la paume levée, mais le coude plié, à la manière des élus prêtant serment avant d'entrer en fonctions.

«Ils ne font que lever leur main comme pour voter, pas en forme de salut», a dit Donald Trump sur ABC mardi.

Mais il a déclaré qu'il réfléchirait à arrêter de demander le geste à ses auditoires: «Je vais certainement y réfléchir, car je ne veux offenser personne», a-t-il dit sur NBC.

Ces allégations s'ajoutent à la déclaration du président mexicain, Enrique Peña Nieto, qui a déploré lundi la «rhétorique stridente» du candidat américain, et qui a comparé l'ascension de Donald Trump à l'arrivée au pouvoir de Benito Mussolini et d'Adolf Hitler. Le président mexicain n'a pas fait référence à l'incident du serment.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer