Ben Carson laisse entendre que son aventure présidentielle tire à sa fin

Ben Carson a scandalisé beaucoup à gauche par des... (PHOTO AP)

Agrandir

Ben Carson a scandalisé beaucoup à gauche par des déclarations provocatrices sur l'homosexualité, l'esclavage, l'Holocauste, les armes, les musulmans...

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine 2016. »

Agence France-Presse
Washington

Le neurochirurgien à la retraite Ben Carson a annoncé mercredi qu'il ne voyait pas d'avenir à sa candidature aux primaires républicaines pour la Maison-Blanche et qu'il ne participerait pas au prochain débat télévisé.

«J'ai décidé de ne pas participer au débat présidentiel républicain sur Fox News demain soir», a déclaré Ben Carson dans un communiqué. «Je ne vois pas de chemin politique pour continuer, après les résultats des primaires d'hier soir», a-t-il ajouté, semblant déclarer implicitement qu'il jetait l'éponge après dix mois de campagne.

Ben Carson, dans son communiqué, n'a pas formellement retiré sa candidature, mais il a indiqué qu'il évoquerait «l'avenir de ce mouvement» lors d'un discours vendredi au grand rendez-vous annuel des conservateurs américains, près de Washington.

Le docteur, seul Afro-Américain de la course, avait été deuxième des sondages républicains de septembre à début décembre, derrière Donald Trump, le rattrapant même dans quelques enquêtes.

Comme le milliardaire, Benjamin Carson, 64 ans, n'avait jamais exercé de mandat politique avant de se lancer.

Il avait mené une brillante carrière comme chef du service neurochirurgie pédiatrique du grand hôpital Johns Hopkins de Baltimore, adaptée dans le film Gifted Hands, avec Cuba Gooding Jr. dans le rôle du médecin.

Auteur de plusieurs livres, il avait pris sa retraite en 2013 pour se lancer comme orateur conservateur, très populaire notamment au sein du Tea Party.

Malgré ses manières d'église, le docteur Ben Carson cultive le «politiquement incorrect» et a scandalisé beaucoup à gauche par des déclarations provocatrices sur l'homosexualité, l'esclavage, l'Holocauste, les armes, les musulmans...

En septembre, il avait affirmé qu'aucun musulman ne devait devenir président des États-Unis, l'islam n'étant selon lui pas en adéquation avec la Constitution.

Une polémique avait éclaté en novembre sur la véracité de certaines anecdotes de son enfance.

Il était à la peine dans la course des primaires, après une quatrième place aux consultations de l'Iowa le 1er février. Les primaires du «super mardi», dans 11 États, n'ont qu'accentué sa marginalisation, le médecin échouant à rassembler les voix des chrétiens évangéliques.

S'il confirme son retrait, il restera quatre candidats en lice pour les primaires républicaines: Donald Trump, les sénateurs Ted Cruz (Texas) et Marco Rubio (Floride), et le gouverneur de l'Ohio, John Kasich.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer