«Occupy Oakland»: plus de 80 arrestations et 8 blessés

Agence France-Presse
Oakland, Californie

Plus de 80 personnes ont été interpellées et huit blessées à Oakland à la suite d'une manifestation d'anticapitalistes qui a dégénéré et conduit les autorités à fermer le port de cette ville de Californie, a indiqué jeudi la police.

Cinq manifestants et trois policiers ont été blessés dans la nuit de mercredi à jeudi, dont un mordu par un militant du mouvement anti-Wall Street, a précisé le chef par intérim de la police de la ville, Howard Jordan.

Au moins une personne a été inculpée pour vandalisme pour avoir brisé des vitres d'un bâtiment de la police, a ajouté Howard Jordan au cours d'une conférence de presse, ajoutant que quelque 400 policiers étaient intervenus.

La manifestation a donné lieu à des violences dans le centre-ville, où selon la police quelque 7000 personnes s'étaient réunies.

Des groupes de quelques dizaines de manifestants masqués ont jeté des pierres et des bouteilles, occupé un bâtiment vide et mis le feu à une barricade, se heurtant alors à la police en tenue anti-émeute, qui a utilisé des gaz lacrymogènes.

La chaîne de télévision CNN diffusait jeudi des images montrant des manifestants au visage masqué jetant des pierres aux forces de l'ordre au milieu de nuages de lacrymogènes et de feux de poubelles.

Le quatrième port des États-Unis avait dû être fermé mercredi en raison de la manifestation, et son activité n'a repris que jeudi à la mi-journée, ont indiqué les autorités du port situé dans la baie de San Francisco.

«Le port d'Oakland a complètement repris ses activités. Les employés de la zone maritime continuent de retourner à leur poste de travail et l'activité du port est revenue à la normale», ont-elles indiqué dans un communiqué.

Elles avaient jugé mercredi plus prudent de renvoyer les employés du port à la maison et de le fermer lorsque des groupes de manifestants avaient commencé à bloquer plusieurs terminaux, par lesquels transitent chaque année quelque 39 milliards de dollars de marchandises.

La semaine précédente, des affrontements entre des manifestants du mouvement «Occupez Wall Street», qui avaient installé depuis 15 jours des tentes au coeur de la ville, et la police d'Oakland avaient fait un blessé chez les contestataires.

Mercredi, les manifestants dénonçaient l'intervention policière et appelaient à une grève de solidarité, déployant des banderoles disant «financez nos écoles et nos services, pas les banques!» ou appelant à «célébrer la mort du capitalisme».

Les manifestants avaient défilé pacifiquement tout au long de la journée, en dehors de quelques actes de vandalisme isolés contre des agences bancaires et d'un bref moment de tension entre un cordon de police et des contestataires.

Dans la soirée, des manifestants ont reflué vers le centre-ville, où un nouveau campement, fort d'une cinquantaine de tentes, a été dressé près de la mairie.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer